La mort, une délivrance ?- Paul Calzada

ob_4ffc35_christ-vit-en-moi-galates-2-20

La mort, une délivrance ?

Par Paul Calzada

Samedi 31 mars 2018

« Nous avons été crucifiés avec le Christ pour que le mal n’ait plus de prise sur nous et que nous n’ayons plus besoin d’obéir comme des esclaves à ses sollicitations. Car celui qui est mort est libre du péché. » (Romains 6 .2/7). (Parole Vivante)

Alors qu’un être cher est atteint par une terrible maladie, que son agonie s’éternise, qu’il aspire à mourir pour que cesse ce long chemin d’une interminable souffrance, lorsque la mort vient, il nous est arrivé d’entendre ou même de prononcer ces paroles : « Pour lui, c’est une délivrance ! »

Si je souligne ce fait c’est pour rappeler que ce qui est vrai dans le domaine physique l’est également dans le domaine spirituel. C’est ce que souligne l’apôtre Paul dans l’épître aux Romains, comme nous l’avons relevé en introduction. Sa conclusion est nette : « Car celui qui est mort est libre du péché. »

La mort au péché nous introduit dans la liberté. Ce à quoi fait allusion l’apôtre est capital, il indique que la libération du pouvoir du péché n’est possible que dans la mort à nous-mêmes.

D’une manière abrupte nous pourrions dire : « Pas de mort à soi-même, pas de délivrance. » Si nous recherchons la délivrance par des efforts personnels, par les œuvres, par les mérites, nous perdons du temps et de l’énergie. Le seul chemin de la délivrance, c’est une acceptation totale de mourir à nous mêmes, en nous identifiant à Christ dans sa mort.

Voilà pourquoi l’apôtre pouvait dire : « J’ai été crucifié avec Christ ; ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. » (Galates 2.20) Etant crucifié avec Christ, il vivait libre à l’égard du péché, tout comme il avait été délivré du carcan de la loi mosaïque : « Mais maintenant nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus… » (Romains 7.6).

Seule notre identification à Christ dans sa mort nous procure une entière et totale délivrance. Si les liens du péché sont encore agissants dans notre vie, si le carcan religieux nous écrase, souvenons-nous que la délivrance n’est pas dans un combat ultime de nos efforts personnels, elle est seulement dans l’acceptation du principe de la croix dans notre propre vie. Là réside la totale liberté.

Ma prière pour aujourd’hui :

Seigneur, j’accepte de mourir à moi-même, de renoncer à mes mérites personnels pour vivre dans la liberté que tu m’offres au travers de ton sacrifice. Ma délivrance se trouve dans ta mort expiatoire. Amen !

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :