Le fruit d’une foi centrée sur la bonté de Dieu – Gary Wilkerson

Moïse comprenait.jpg

Le fruit d’une foi centrée

sur la bonté de Dieu

Par Gary Wilkerson

Le 15.10. 2018

Aujourd’hui, de nombreux pasteurs définissent la faveur de Dieu comme des possessions, une position et des acquisitions – de plus belles maisons et voitures, un meilleur travail, une famille plus heureuse et des revenus qui augmentent. Je crois que Dieu favorise son peuple de cette façon mais que nous nous privons de quelque chose quand nous vivons pour autre chose que sa véritable faveur.

Nous connaissons tous le concept biblique du Pays Promis – la libération de l’esclavage et la joie d’une vie bénie. Le Pays Promis originel était un don de Dieu pour Israël – un endroit réel appelé Canaan, un pays fertile couvert de fruits gigantesques et de rivières.

C’était un pays de rêve pour les Israélites qui avaient été battus et exilés pendant des générations. Pourtant, quand ils sont arrivés à la frontière de Canaan, Dieu a dit une chose surprenante à Moïse : “Monte vers ce pays où coulent le lait et le miel. Mais je ne monterai point au milieu de toi, de peur que je ne te consume en chemin, car tu es un peuple au cou roide” (Exode 33:3).

Ces mots au sujet de Son peuple peuvent sembler sévères, mais dans le contexte, nous voyons que Dieu avait libéré Israël de quatre cents ans d’esclavage en Égypte et, maintenant, au moment d’entrer dans le Pays Promis, Dieu leur a dit qu’Il n’irait pas avec eux parce que, malgré les miracles qu’Il avait accomplir pour eux, ils se plaignaient toujours à chaque nouvelle difficulté. Malheureusement, leurs expériences et les miracles que Dieu avait accompli pour eux ne se sont jamais transformés en foi.

Mais la foi de Moïse était différente ! Il connaissait la bonté de Dieu, démontrée à travers toutes Ses œuvres miraculeuses en faveur d’Israël. En fait, la faveur du Seigneur envers Son peuple semblait sans fin et Moïse s’émerveillait devant le caractère de Dieu qui accomplissait toutes ces choses pour eux dans Sa miséricorde. Son attitude a été de dire : “Seigneur, si Tu n’y vas pas, je n’y vais pas non plus.”

Moïse comprenait qu’il était bien plus grand d’expérimenter la présence du Dieu aimant et compatissant qui avait tant fait pour eux, que de recevoir les bénédictions. Il désirait voir la gloire de Dieu – “Fais-moi voir ta gloire” (Exode 33:18) – et je prie pour que tu aies le même désir aujourd’hui.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :