Messages écrits

Croire en Dieu. Pasteur Léopold Guyot

 

 

 

1 Jean 4.11-12.

 

En général on considère que la foi en Dieu et la relation avec Lui sont une affaire de religion dont on observe les dormes et les pratiques. Les gens religieux ont une perception de Dieu particulière selon les enseignements de leur religion.

On parle de religions catholique, orthodoxe, protestante, musulmane, bouddhiste, etc …chacune ayant sa conception de la nature du dieu qu’elles honorent. Leurs adeptes cherchent rarement à découvrir par eux mêmes la personnalité de ce dieu qui leur est imposé.

Or il est indispensable d’avoir une démarche personnelle dans la recherche de la connaissance de Dieu.

Dieu se soucie du comportement des humains à son égard et il reproche d’ailleurs à certains de ne par chercher à le connaître.

L’Éternel, du haut des cieux, regarde les fils de l’homme, Pour voir s’il y a quelqu’un qui soit intelligent, Qui cherche Dieu. Psaumes 14.2

Le constat qu’il en fait est décevant :

Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Romains 3.11

Alors Dieu les laisse livrés à leurs propres pensées, s’égarant eux mêmes dans la corruptions et des pratiques idolâtres que nous observons dans beaucoup de religions :

La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, Romains 1.18-28

Il en va donc de la responsabilité de chacun de rechercher, d’observer, d’examiner tout ce qui concerne l’existence de Dieu et sa nature, ainsi que ce qu’il attend des êtres humains.

La façon dont beaucoup de personnes voient Dieu est souvent déformée soit par les doctrines religieuses soit par leurs propres raisonnements fondés sur leurs sentiments ou leur logique.

La plupart voient Dieu comme un être inconnu, lointain et indifférent, d’autres comme un Dieu terrible, juge impitoyable qui punit durement les pécheurs, et enfin il y a ceux qui considèrent Dieu comme « un Dieu d’amour » tellement bon qu’il en oublie de châtier les coupables. Ces derniers fondent leur croyance plus sur des sentiments humains que sur ce que révèle les Saintes Écritures, la Bible.

C’est justement la Parole écrite, inspirée de Dieu, qui nous en donne la vision équilibrée.

En dehors du rejet ou de l’indifférence, Il y a trois formes d’expressions dans nos comportements à l’égard de Dieu :

Premièrement l’adoration, l’honneur, et la reconnaissance ou actions de grâces, qui découlent de la découverte du Dieu créateur, comme c’est indiqué dans le passage de l’épître au Romains au chapitre 1 :

Ensuite, un profond respect appelé « la crainte de Dieu ».

Devant l’évidence de la grandeur de Dieu, de sa sagesse, de sa gloire et de ses perfections, l’être humain devrait être saisi d’un saint respect envers le Dieu unique et véritable. C’est le sens de l’expression « craindre Dieu ».

La crainte de Dieu s’exprime de différentes façons, selon que la conscience est éveillée au sujet de sa nature.

Les démons, qui connaissent la sainteté glorieuse de Dieu, tremblent de frayeur. Jacques 2.19

Une grande crainte saisit aussi le pécheur qui prend conscience de sa misère devant ce Dieu glorieux, saint et juste.

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler. Ils criaient l’un à l’autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire! Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée. Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées. Esaie 6.1-5

C’est cette crainte qui conduit à la vraie repentance envers Dieu et à la recherche de son pardon. Elle est indispensable pour amener l’être humain à une troisième dimension de ses sentiments à l’égard de Dieu : l’amour.

La révélation de l’amour de Dieu pour nous crée dans notre coeur un amour réciproque envers lui.

L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés… Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour.
Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. 1 Jean 4.9-19

C’est également la révélation de l’amour du Seigneur Jésus-Christ subissant pour nous l’ultime sacrifice de sa vie, dans d’indicibles souffrance, qui nous inspire un profond amour à son égard.

Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche. Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu’il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple? On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu’il n’eût point commis de violence Et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche. Esaïe 53

… Nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. 1 Jean 4.19

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

*.=*.=*.=*.=*.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.