Messages audio - vidéo

le péché. Pasteur Léopold Guyot

 

 

Actes 2.38-39.

 

Il est le problème le plus grave et le plus destructeur de la société humaine. Dans un monde où la notion du péché est de plus en plus banalisée, les chrétiens ont besoin de connaître sa véritable nature afin de prendre conscience de sa gravité et des conséquences qu’il engendre. La notion du péché est souvent altérée d’une part à cause de l’ignorance à son sujet et d’autre part en raison d’un certain laxisme dû à un manque de courage.

Il est tellement présent dans le cœur de l’être humain, dans la société, et même dans l’église, que s’élever contre lui, le dénoncer clairement et le combattre, n’est pas toujours facile, ni bien accepté !

Le but de cet article est d’amener les lecteurs à considérer la gravité du péché afin de chercher le pardon et la délivrance auprès du Seigneur dans une réelle repentance et une foi sincère. Et aussi de créer dans nos cœurs un sentiment de répulsion à son égard, selon qu’il est écrit :

Vous qui aimez l’Eternel, haïssez le mal! Il garde les âmes de ses fidèles, Il les délivre de la main des méchants. Psaumes 97.10

Qu’est ce que le péché ?

La définition biblique du péché se trouve dans 1 Jean 3:4, et il est intéressant de comparer plusieurs versions du texte, en commençant par la plus connue :

Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. (Segond)

Celui qui commet le péché viole la Loi de Dieu, car le péché, par définition, c’est la violation de cette Loi. (Version Le Semeur)

Dans ces passages le péché est défini comme une transgression.

Quiconque pèche s’oppose à la loi de Dieu, car le péché est la révolte contre cette loi. (Bible Français Courant)

Une autre version le montre comme une opposition à Dieu, une révolte, ce qui exprime la notion d’un acte délibéré.

Tous ceux qui commettent des péchés luttent contre Dieu. En effet, commettre des péchés, c’est lutter contre Dieu. (Parole de vie)

Il est aussi défini comme un acte inique, qui manque à l’équité, contraire à la justice :

Quiconque commet le péché commet aussi l’iniquité ; car le péché, c’est l’iniquité. (TOB)

Quiconque fait le péché fait aussi le mal ; c’est le péché qui est le mal. (NBS)

La lecture des différentes traductions de la Bible aide à mieux comprendre la nature du péché, selon la pensée de Dieu.

Dieu par ses prophètes, Jésus Lui-même et ses apôtres, le dénoncent sans complaisance, le considérant comme une chose qui est dans le cœur même de l’être humain, qui souille et détruit tout ce qu’il touche.

Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. Marc 7:21-23

Il faut situer le péché par rapport à différentes situations : envers Dieu, contre le Fils de Dieu, à l’égard de l’Esprit de Dieu, et aussi par rapport aux autres et à nous mêmes.

Le péché contre Dieu est premièrement l’incrédulité, refuser de croire que Dieu existe et qu’il est le Créateur.

La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître.
En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Romains 1.18

C’est rejeter Dieu, s’opposer à ses lois et pratiquer ce qui lui déplait.

Pécher contre le Fils de Dieu consiste à nier son origine, à mépriser ses paroles, son enseignement, à rejeter son sacrifice pour notre salut, à nier sa résurrection, à blasphémer contre lui.

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jean 3.36

Pécher contre le Saint-Esprit c’est lui résister, négliger ses dons, éteindre son action en refusant de l’écouter. nier ses œuvres, l’attrister par nos mauvaises actions..

Jésus a parlé d’un péché particulier qu’il appelle « blasphémer contre le Saint-Esprit », qui ne peut être pardonné. Il s’agit d’un péché volontaire, commis par des personnes qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir.

Or malgré l’évidence ces personnes rejettent la grâce de Dieu que le Saint-Esprit leur avait fait connaître, il outragent ainsi « l’Esprit de la grâce ».

Lisez à ce sujet l’étude : Le péché impardonnable

Les conséquences du péché

Le péché revêt des formes différentes et si certaines peuvent paraître plus bénignes que d’autres, il est toujours grave.

De nombreux passages bibliques révèlent les conséquences tragiques du péché. On peut les résumer par cette parole de l’apôtre Paul : Le salaire du péché c’est la mort ! Romains 6.23

Si nous voulons comprendre la gravité du péché, il faut considérer ses conséquences et le prix que Jésus-Christ le Fils de Dieu a dû payer pour nous en délivrer.

Les conséquences du péché sont nombreuses et diverses, d’ordre spirituel, moral et physique.

Le péché est destructeur !

La première chose qu’il détruit c’est notre relation avec Dieu et tout ce que cela implique, à commencer par la « mort spirituelle », suivie de nombreuses autres effets nocifs.

Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l’empêchent de vous écouter. Esaïe 59.1

Au commencement, lorsque Dieu créa le monde et plaça Adam et Eve dans le jardin d’Eden, ils ne connaissaient pas le péché et tout était très bon.

Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Genèse 1.31

Mais le péché est entré dans le monde et tout s’est déréglé.

La lecture de la Parole de Dieu nous révèle l’existence d’un être qui s’oppose constamment aux desseins de Dieu et au bonheur de l’humanité. Il est appelé le diable, Satan, c’est à dire « le mauvais » ou « le méchant », menteur et père du mensonge, meurtrier, malfaisant et rusé. C’est le « tentateur » qui se déguise en ange de lumière pour séduire les êtres humains afin de les entraîner dans le mal, les séparer de Dieu et les perdre.

Il était là dès le commencement et il est venu avec ruse séduire Eve par des insinuions malveillantes et une apparence de vérité.

« Dieu a-t-il réellement dit ? » puis « Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que … » Autrement dit « Dieu vous a menti, pour préserver sa domination sur vous, il ne veut pas que vous soyez comme lui, des dieux ! » Genèse 3.1-4

Il a ainsi semé le doute dans le cœur de la femme qui à son tour a entrainé son mari à transgresser l’ordre de leur Créateur. Ainsi le sentiment de confiance, fondement sur lequel reposait la vie dans le jardin a été détruit, laissant place à la peur, la défiance, le rejet sur l’autre de sa responsabilité, et plus tard avec Caïn, les mauvais sentiments, la haine et le meurtre.

Le serpent ancien, le père du mensonge, meurtrier dès le commencement a inoculé son venin dans le cœur de l’être humain !

Adam et sa femme devenus pécheurs leur communion avec Dieu a été rompue. Exclus du jardin de Dieu, privés de la présence quotidienne de leur Créateur, ils étaient coupés de la source qui leur assurait la vie et tout ce qui contribuait à leur bonheur.

Le diable dans sa méchanceté et sa haine de Dieu, en entrainant Adam et Eve dans le péché, a détruit le lien qui les unissait à leur Créateur et entre eux, la confiance de laquelle découlait une harmonie paisible et heureuse pour toute la création. .

Le péché est destructeur.

Le premier péché de l’être humain fut une désobéissance. Cela peut nous paraître étrange qu’une « simple désobéissance » entraine de telles conséquences.

Parfois on peut dire :

« Oh ! Ce n’est qu’un simple mensonge ». Cependant, c’est comme cela que « le père du mensonge » a entrainé le premier Adam et Eve à transgresser l’ordre divin.

Le résultat a été terrible non seulement pour eux, mais aussi pour toute l’humanité qui a suivi leur exemple :

« par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,…Romains 5.12

Le premier résultat du péché c’est qu’il sépare l’être humain de Dieu son Créateur source de toute vie, provoquant ainsi la mort, d’abord spirituelle, et ensuite physique.

Dieu est la source de la vie, il est le Père des esprits de toute chair, il tient dans sa main l’âme de tout ce qui vit et non seulement il donne la vie éternelle, mais aussi tout ce qui contribue à notre bien être terrestre.

Le péché empêche les être humains de jouir pleinement des bontés de Dieu et les prive de la vie éternelle.

Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres… Ephésiens 2.1

Il y a des péchés dont les conséquences sont plus graves que d’autres car ils impliquent des souffrances pour ceux qui en sont les victimes.

Le mensonge, la tricherie, la malhonnêteté, créent une méfiance toujours plus grande entre les gens et provoquent des animosités, des conflits et des ruptures.

L’orgueil, l’ambition démesurée, le goût et la recherche du pouvoir, produisent des rivalités, des querelles, des luttes familiales, sociales et dans le monde des guerres meurtrières.

L’injustice, l’égoïsme, le mépris des autres, la jalousie, la colère, la méchanceté, la haine engendrent des drames allant parfois jusqu’au meurtre.

La cupidité, l’avarice, l’amour de l’argent et des richesses, sont la cause de toutes sortes de maux.

L’adultère et la fornication produisent les divorces, la destruction des familles et la souffrance de ceux qui en sont victimes, parents et enfants.

La « liberté sexuelle », dès l’adolescence et par la suite, génère une société sans repères ni règles morales, encore moins spirituelles, produisant la confusion et les pratiques contre nature citées dans l’épitre de l’apôtre Paul aux disciples de Rome. Romains 1.26-31

L’usage des drogues, du tabac et autres stupéfiants, crée des dépendances douloureuses et de nombreuses maladies.

Les excès de l’alcool occasionnent la déchéance, la violence, l’inconscience du danger, d’où de nombreux et tragiques accidents.

La liste des méfaits du péché est longue, mais le plus grave est la perdition éternelle des pécheurs qui ne se repentent pas.

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.1 Corinthiens 6.9-10 

Quant aux lâches, aux infidèles et inconstants, aux dépravés, assassins, noceurs et adultères, aux idolâtres et adeptes des pratiques occultes, bref à tous ceux qui s’écartent de la vérité, leur part sera l’étang ardent de feu et de soufre, la seconde mort. Apocalypse 21-8

Peut-être, quelqu’un dira : « Mais n’exagérez pas, nous ne sommes pas si mauvais, tous ne sont pas abominables. »

Les Ecritures répondent sans ambigüité :

Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul;Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul; … Romains 3.9-12

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; Romains 3.23

C’est pourquoi Jésus dit :

« Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. » Luc 13.3

On entend parfois parler du péché comme d’une faiblesse morale ou la conséquence de quelques antécédents familiaux dont les gens ne seraient pas responsables. On peut ainsi remonter jusqu’à Adam et Eve, en passant par nos parents et grands parents, qui en porteraient la responsabilité. C’est toujours facile de trouver des excuses et des boucs émissaires !

Il est attristant de constater chez les chrétiens un véritable laxisme à l’égard de certains comportements reflétant un esprit mondain frivole et impur.

Nous observons dans les églises l’existence d’une conception étrangère à celle de la Bible concernant le péché, une espèce de sentimentalisme sirupeux, fondé sur les théories tendancieuses et bonasses des psychos-trucs et machins, construite à partir de « nos bons sentiments » humains.

Il faut revenir à la réalité de ce que Dieu pense du péché et des pécheurs, de la façon dont il nous en parle par la bouche ou la plume de ses prophètes dans la Bible, seule référence sûre.

Dieu ne nous demande pas des excuses. Il attend des pécheurs qu’ils se repentent en confessant humblement leurs péchés, puis qu’ils croient à la valeur du sang de son Fils Jésus, pour en être purifiés et enfin qu’ils se convertissent en se détournant du mal.

Le péché doit nous attrister à cause de ce qu’il est : une souillure mortelle, un lien étouffant, un acte destructeur. En considérant ses conséquences nous devons prendre conscience de sa gravité et l’avoir en horreur. « Ayez le mal en horreur ! » Romains 12.9

Tristesse, repentance

La conscience du péché produit premièrement la tristesse dans le cœur des gens sincères, c’est la repentance selon Dieu.

En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort. 2 Corinthiens 7.10

Cette tristesse selon Dieu est le résultat de l’action du Saint-Esprit qui convainc de péché de le cœur humain.

Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. Jean 16.8

Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous? Actes 2.37

Il est indispensable de prendre conscience de la gravité de notre péché, je dis bien « du notre » premièrement, car il est toujours facile de trouver plus grands pécheurs que soi !

Notre péché peut être différent, nous paraître moins grave, mais il n’en est pas moins destructeur et souvent hypocrite. Nous le cachons parfois sous des apparences de fausse piété religieuse et y ajoutons l’orgueil.

Deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain.
Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus.
Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.
Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. Luc 18.10-14

Les hommes de foi de l’Ancien Testament, des rois, des prophètes, les disciples de Jésus, des hommes et des femmes de toutes situations sociales, ont pris conscience de la nature et de la gravité de leur péché lorsqu’ils ont eu la révélation de la Sainteté de Dieu ou du Seigneur Jésus-Christ.

Le prophète Esaïe s’écrie :

Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures… j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées. Esaïe 6.5

Le roi David et bien d’autres ont été convaincu de leur misère et ils ont imploré le pardon de Dieu?

Quand Simon Pierre réalisa qui était Jésus il tomba sur ses genoux et lui dit : Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur. Luc 5.8

L’apôtre Paul convaincu de sa nature pécheresse s’écrie :

Misérable que je suis

lorsque je pense à la nature de mes péchés, je suis toujours honteux et confus. Si je n’avais pas l’assurance de la grâce de Dieu et de son pardon accordé par la foi en son Fils Jésus, je serais terriblement malheureux et effrayé.

Le prophète Jérémie a écrit :

Quand je pense à ma détresse et à ma misère, A l’absinthe et au poison;
Quand mon âme s’en souvient, Elle est abattue au dedans de moi. Lamentations 3.19

Mais il ajoute aussitôt :

Voici ce que je veux repasser en mon coeur, Ce qui me donnera de l’espérance.
Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme;
Elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande! Lamentations 3.22 -33

Ne minimisons jamais le péché quel qu’il soit. Le fait que Dieu pardonne le péché n’est pas une raison pour le rendre banal.

Reconnaître son péché, en être attristé, les confesser à Dieu, c’est l’attitude normale selon les Ecritures pour revenir vers Dieu et recevoir son pardon.

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 1 Jean 1.9

Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit: J’avouerai mes transgressions à l’Eternel! Et tu as effacé la peine de mon péché. Psaumes 32.5

Tes péchés sont pardonnés

A plusieurs reprises, Jésus à annoncé cette bonne nouvelle à des personnes dont le mal le plus profond était intérieur :

Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. Matthieu 9.2

Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu’il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d’albâtre plein de parfum,
38 et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum … Et il dit à la femme: Tes péchés sont pardonnés.

Ceux qui étaient à table avec lui se mirent à dire en eux-mêmes: Qui est celui-ci, qui pardonne même les péchés? Mais Jésus dit à la femme: Ta foi t’a sauvée, va en paix. Luc 7.37-50

Dieu ne change pas, Jésus-Christ est toujours le même, la sincérité de la repentance et la foi sont en tous temps les seuls éléments pour recevoir le pardon de nos péchés.

Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés. Actes 10.43

Pierre leur dit:

Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Actes 2.38

Déjà sous l’ancienne alliance, on reconnaissait la bonté, la miséricorde et les compassions de Dieu pour ceux qui cherchaient en Lui leur salut :

Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits! C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies; C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde; C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle. L’Eternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés.
Il a manifesté ses voies à Moïse, Ses oeuvres aux enfants d’Israël. L’Eternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté; Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours; Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités. Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent; Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions. Comme un père a compassion de ses enfants, L’Eternel a compassion de ceux qui le craignent. Car il sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière. Psaume 103

Peut être craignons nous de fatiguer la patience du Seigneur ?

Alors souvenons nous des paroles du prophètes : Notre Dieu ne se lasse pas de pardonner. Esaïe 55.7

Celui qui nous ordonne de pardonner aux autres sans restriction, le fait aussi pour nous :

Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant: Je me repens, -tu lui pardonneras. Luc 17.4

Voici encore ce que je proclame avec le psalmiste :

Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné!
Heureux l’homme à qui l’Eternel n’impute pas d’iniquité, Et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude! Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée; Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. -Pause. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit: J’avouerai mes transgressions à l’Eternel! Et tu as effacé la peine de mon péché. Psaume 32.-5 De David. Cantique.

Le pardon du Seigneur est complet, il va jusqu’à oublier nos péchés :

C’est moi, moi qui efface tes transgressions pour l’amour de moi, Et je ne me souviendrai plus de tes péchés. Esaïe 43.25

Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. Hébreux 10.17

C’est dans la mesure où nous aurons compris la gravité du péché et du malheur qu’il engendre, que nous apprécierons à sa juste valeur le don de l’amour de Dieu à notre égard : Son Fils unique, Jésus-Christ notre Seigneur, offrant sa vie en sacrifice sur la croix afin d’expier notre péché et nous en délivrer.

La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous. Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 1.5 – 2.2

Va et ne pèche plus.

Les pharisiens, pour tendre un piège à Jésus, lui avaient amené une femme surprise en flagrant délit d’adultère qui selon la loi de Moïse devait être lapidée.

Mais le Seigneur n’est pas venu pour condamner :

Alors s’étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit: Femme, où sont ceux qui t’accusaient? Personne ne t’a-t-il condamnée? Elle répondit: Non, Seigneur. Et Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus. Jean 8:4-10

A un homme qu’il rencontra après l’avoir guéri de sa paralysie, Jésus dira :

Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. Jean 5.14

Le pardon implique pour ceux et celle qui en sont bénéficiaires une attitude différente à l’égard du péché.

Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. Tite 2.11

Reconnaissons le péché pour ce qu’il est vraiment et les conséquences qu’il engendre, afin de nous en repentir sincèrement, en recevoir le pardon et nous en éloigner en marchant dans la sanctification.

Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. Romains 6.1

N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Ephésiens 4.30

Dossier : La sanctification.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

*.=*.=*.=*.=*.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.