Qu’est-ce qui te limite? – Gary Wilkerson

2 Corinthiens 7.1

Qu’est-ce qui te limite?
Par Gary Wilkerson

Le 12, 2018

“Notre bouche s’est ouverte pour vous, Corinthiens, notre cœur s’est élargi” (2 Corinthiens 6:11). Paul parle ici à une église qui arrivait à un tournant. Ils avaient eu une histoire bonne et glorieuse, mais ils avaient aussi enduré des épreuves et des difficultés.

Ceux qui lisent ceci ont quelque chose en commun : cela s’appelle la chair – cette chose qui nous empêche d’être à la hauteur du meilleur que Dieu attend de nous. L’Église à Corinthe était remplie de ce que Paul appelle l’esprit charnel – l’immoralité sexuelle, des divisions – mais Paul leur assure que son cœur leur est grand ouvert.

J’aime cela. Paul les met au défi et désire les corriger, mais il désire aussi les voir grandir et mûrir. Dans le verset 12, il dit : “Vous n’êtes pas à l’étroit au dedans de nous.” En d’autres termes, il leur dit qu’ils ne sont pas limités et qu’ils sont libres d’aller vers Jésus.

De la même façon, nous ne devons pas être des gens avec une petite foi, restreignant l’œuvre du Saint-Esprit dans notre vie. Paul continue dans le verset 12 : “Mais vos entrailles se sont rétrécies.” Qu’est-ce qui te limite ? Qu’est-ce qui te garde modéré, voire résigné dans ta foi ? Pourquoi ne vois-tu pas une explosion de foi et de zèle dans ta vie ?

Peut-être as-tu été blessé – qui ne l’a pas été ? – et cela t’empêche d’aller plus loin dans les choses de Dieu. Mais la Parole dit : “Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles” (6:18). Un père donne une direction et des bénédictions pour ta vie. Il produit de grandes choses en toi et te donne un héritage.

“Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu” (7:1). Quand tu t’empares des promesses de Dieu, tu peux avoir une communion renouvelée avec Christ qui t’amène à marcher dans la révérence et la sainteté d’une façon que tu n’avais encore jamais expérimentée !

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Obtenir la bénédiction de Dieu – Jim Cymbala

Deutéronome 14.28-29.jpg

Obtenir la bénédiction
de Dieu
Par Jim Cymbala

Le 10.11. 2018

Un des secrets le plus important pour obtenir la bénédiction de Dieu, c’est donner ! Quand Moïse donnait ses dernières instructions et faisait ses adieux aux Israélites, il leur a donné des instructions au sujet de “l’offrande de la troisième année.” Cette offrande, différente de l’offrande de 10% habituelle, était réservée à une autre utilisation.

“Au bout de trois ans, tu sortiras toute la dîme de tes produits pendant la troisième année, et tu la déposeras dans tes portes. Alors viendront le Lévite, qui n’a ni part ni héritage avec toi, l’étranger, l’orphelin et la veuve, qui seront dans tes portes, et ils mangeront et se rassasieront, afin que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tous les travaux que tu entreprendras de tes mains” (Deutéronome 14:28-29).

Il est important de voir ce que Dieu faisait ici. Tous les trois ans, les villes d’Israël devenaient de grands centres de stockage pour les dîmes de cette nation agricole. Comme les prêtres de la tribu de Lévi n’avaient pas de terres, Dieu insistait pour que les gens pourvoient à leurs besoins d’une façon spéciale. Mais ce n’était pas tout. Cette dîme était aussi destinée aux vulnérables et aux défavorisés parmi eux.

Quel Dieu merveilleux et compatissant nous servons. Il a toujours une place spéciale dans Son cœur pour les faibles, ceux qui ont le cœur brisé et ceux qui sont rejetés parmi Son peuple. La compassion et la préoccupation envers les opprimés sont enracinées dans le cœur de notre Créateur.

Mais il y avait encore davantage derrière l’offrande de la troisième année que le fait de subvenir aux besoins des prêtres et des nécessiteux. Israël devait donner généreusement pour “que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tous les travaux que tu entreprendras de tes mains.” Il semble que le fait de donner avec joie ouvre les fenêtres du ciel et permet aux gens qui donnent d’être eux-mêmes bénis.

Dieu veut encore faire des choses extraordinaires pour Ses disciples qui l’imitent et qui donnent avec compassion. C’est une vérité profonde que nous ferions bien d’appliquer à notre vie quotidienne.

Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Si seulement tu en appelais a lui – David Wilkerson

Tu n’as pas besoin d’être isolé.jpg

Si seulement
tu en appelais a lui
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 9.11. 2018

Dans les premières années de l’Église, une grande persécution a eu lieu. Durant cette période affreuse, l’apôtre Jean a été fait prisonnier et envoyé à Rome, avant d’être banni sur l’île de Patmos pour y mourir. Patmos était une petite île désolée habitée seulement par d’autres prisonniers exilés là-bas.

Quand Jean a débarqué sur Patmos, il s’est retrouvé coincé, rejeté, isolé. Il a écrit plus tard : “J’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus” (Apocalypse 1:9).

Pourquoi Jean, un disciple de Jésus, avait-il subi une telle sentence ? Et pourquoi Rome, la puissance qui régnait sur le monde, souhaitait-elle si désespérément l’isoler de la civilisation ? De toute évidence, Rome le considérait comme une menace parce qu’il était à la fois renommé parmi les Juifs et les païens.

A présent, les gens regarderaient Jean et ne verraient qu’un échec. S’il était mesuré selon les standards de succès de notre époque, il serait considéré comme moins que rien : il n’avait plus de congrégation, plus d’église, plus d’argent, plus de véhicule, plus de maison, plus de vêtements décents.

Mais comme nous aurions tort ! Une chose incroyable est arrivée à Jean après quelques jours passés sur Patmos. Il a pris une décision qui a impacté l’Eglise toute entière pour l’éternité. Pour dire les choses simplement, Jean est mort à tous ses plans et à tous ses projets de ministère. Pour autant qu’il l’ait su, son exil sur Patmos était définitif, mais il a décidé d’adorer Dieu. “Je vais marcher dans l’Esprit et me consacrer à chercher la face de Dieu. Maintenant, j’ai le temps d’apprendre à Le connaître comme jamais auparavant.”

La vie de Jean s’est réduite à un seul objectif : Jésus Christ et Lui-seul. Et il a dit, en substance : “Tout ce dont j’ai besoin, c’est de la prière, de l’adoration et de la communion avec mon Seigneur.” C’est là-bas, sur Patmos, que Jean a appris à être dépendant de la voix du Saint-Esprit. Et la bonne nouvelle, c’est que plus tard, Jean a retrouvé la liberté et ses écrits sont devenus une lumière ointe pour le monde.

Tu n’as pas besoin d’être isolé pour te donner pleinement à la communion avec le Seigneur. Dieu te rencontrera là où tu es, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, si seulement tu en appelles à Lui.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Des serviteurs touchés par Dieu – David Wilkerson

Le Seigneur cherche aujourd_hui

Des serviteurs touchés
par Dieu
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 8.11. 2018

Daniel a témoigné : “Et voici, une main me toucha, et secoua mes genoux et mes mains” (Daniel 10:10). Le terme utilisé ici pour “toucher” signifie saisir violemment. Daniel dit en fait : “Quand Dieu a placé Sa main sur moi, cela m’a fait tomber face contre terre. Son attouchement m’a rempli d’un sentiment d’urgence pour Le chercher de tout mon être.”

Les serviteurs touchés par Dieu ont une relation intime avec le Seigneur. Ils reçoivent des révélations qui viennent du Ciel et profitent d’une marche avec Christ que peu d’autres connaissent. Quand Dieu touche la vie de quelqu’un, cette personne tombe souvent à genoux et devient une personne de prière, conduite à rechercher le Seigneur. Je me demande souvent pourquoi Dieu ne touche que certaines personnes avec ce sentiment d’urgence. Pourquoi certains serviteurs deviennent-ils des chercheurs affamés alors que d’autres personnes fidèles poursuivent simplement leur chemin ?

Daniel, un serviteur dévoué, a été touché par Dieu d’une façon surnaturelle. Il y avait de nombreuses autres personnes bonnes et pieuses, qui servaient le Seigneur, à l’époque de Daniel. Cela inclut Shadrak, Meshak et Abed-Nego, et dix mille autres Israélites qui avaient gardé la foi bien qu’esclaves à Babylone.

Alors, pourquoi Dieu a-t-Il posé Sa main sur Daniel et l’a-t-Il touché comme Il l’a fait ? Pourquoi cet homme a-t-il été capable de voir et d’entendre des choses que personne d’autre n’avait jamais ni vu ni entendu ? “Moi, Daniel, je vis seul la vision, et les hommes qui étaient avec moi ne la virent point” (Daniel 10:7). La vision que Daniel a vue était Jésus Lui-même, clair et vivant. En fait, c’était la même vision que celle reçue par Jean sur l’île de Patmos (voir Apocalypse 1:13-15).

Le Seigneur s’est révélé Lui-même à Daniel de cette façon parce que ce jeune homme était consumé de la passion de connaître le cœur de Dieu. De plus, Dieu avait décidé qu’il était temps de délivrer un message à l’humanité perdue et Il avait besoin d’une voix pour délivrer Son message.

Le Seigneur cherche aujourd’hui ceux qui sont consumés du désir de Le connaître et qui pleurent sur la condition morale de notre société – tout en attendant avec impatience la venue de Christ.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

 

Quand Dieu nous appelle à agir. – David Wilkerson

Quand nous affrontons nos propres crises

Quand Dieu
nous appelle à agir.
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 7.11. 2018

Tu as entendu parler de la prière de la foi, mais je crois qu’il existe une image miroir de cette prière qui est basée sur la chair – la prière de l’incrédulité. Une telle prière est totalement inacceptable pour Dieu. En fait, l’Écriture dit que c’est un péché à Ses yeux.

Moïse, un homme saint, un homme de prière, qui avait suivi l’appel de Dieu à chacun de ses pas, a traversé une crise. Les Israélites étaient pris en chasse par le Pharaon et il n’y avait aucun espoir de s’échapper, sauf à travers la Mer Rouge. Moïse savait dans son cœur que cette crise était voulue par Dieu et, pourtant, les cris paniqués de centaines de milliers de personnes résonnaient à ses oreilles. Alors, il s’est rendu sur une colline isolée et a bruyamment déversé son cœur dans la prière. Dieu n’a pas bien pris ses pleurs qui ont duré toute la nuit, parce qu’ils étaient la preuve d’une racine d’incrédulité dans son cœur.

Je doute que tu aies jamais entendu le Seigneur te dire : “Arrête de pleurer à genoux et lève-toi.” Pourtant, le Seigneur a bien repris Moïse : “Pourquoi ces cris ?” (Exode 14:15). Le sens littéral de ce verset en hébreux est : “Pourquoi hurles-tu après moi ?”

Pourquoi Dieu dit-Il cela à Moïse ? Parce que quand Dieu a appelé Moïse à délivrer Israël, Il a promis de Lui donner une voix que les gens écouteraient (voir Exode 3:18). Mais Moïse a répondu avec incrédulité. “Voici, ils ne me croiront pas, et ils n’écouteront pas ma voix. Mais ils diront : L’Éternel ne t’est pas apparu” (4:1).

Réfléchis un peu à quel point l’incrédulité de Moïse était insensée. Par la puissance de Dieu, il avait déjà accompli des choses incroyables et, plus tard, il va expérimenter une intimité face à face avec Dieu. Mais ici, au bord de la Mer Rouge, il a hésité avec incrédulité et Dieu lui a ordonné : “Prends une autorité spirituelle sur cette crise et vas de l’avant par la foi. Dans quelques heures, vous serez en train de danser de joie.”

Quand nous affrontons nos propres crises, nous pouvons nous convaincre que la prière est la chose la plus importante que nous puissions faire. Mais un temps vient où Dieu nous appelle à agir, à obéir à Sa Parole dans la foi, pour ne pas que nos prières finissent par montrer de l’incrédulité.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Après quoi soupire ton coeur? – Gary Wilkerson

Exode 33.17-19

Après quoi soupire
ton coeur?
Par Gary Wilkerson

Le 5.11. 2018

Le cœur de Dieu était satisfait quand Moïse Lui a demandé : “Fais-moi voir ta gloire” (Exode 33:18). Tous les parents connaissent les demandes constantes des enfants qui réclament des choses, mais rien ne réchauffe davantage le cœur d’un parent que d’entendre son enfant lui dire : “Je t’aime !”

Quand Moïse a exprimé son désir, Dieu a répondu rapidement à sa requête, autant qu’Il le pouvait. “Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre” (33:20). La lumière de Dieu est trop forte pour que des humains puissent l’expérimenter pleinement. Sa sainteté consume, mais Il voulait que Moïse puisse expérimenter une partie de Sa gloire. Le Seigneur lui a dit, en effet : “Je ne peux te montrer ma face, mais je peux te montrer les effets de ma présence et la traînée de bonté que je laisse derrière moi” (voir 33:21-23).

Pour protéger Moïse, Dieu a dit : “Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher… jusqu’à ce que j’aie passé” (33:22). Ce verset nous dit tout à propos de la grâce merveilleuse de Dieu dans l’Ancien Testament. Même avant la croix – avant que Christ ne verse son sang pour notre salut – Dieu a caché Moïse dans sa grâce “au creux du rocher.” Comme Paul l’explique: “Et ce rocher, c’était Christ” (1 Corinthiens 10:4).

L’Écriture dit que le visage de Moïse a été transformé par la gloire de Dieu – un changement si puissant qu’il devait mettre “un voile sur son visage, pour que les fils d’Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager” (2 Corinthiens 3:13). Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de nous cacher dans une crevasse comme l’a fait Moïse. La gloire de Dieu a été révélée pleinement en Jésus et tous ceux qui Le rencontrent expérimentent la même transformation – un changement si profond que le monde entier le voit et est dans l’étonnement.

Après quoi ton cœur soupire-t-il ? Tu es peut-être béni de nombreuses bénédictions terrestres, mais il y a bien d’autres choses à savoir à propos de notre grand Dieu. Je te presse de demander à Dieu de te montrer Sa gloire, qui t’est entièrement disponible.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Pourrir le lot entier – David Wilkerson

Hébreux 13.20-21.jpg

Pourrir le lot entier
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le  2.11. 2018

“Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le grand pasteur des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, vous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté, et fasse en vous ce qui lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles !” (Hébreux 13:20-21).

Quelle joie d’être entouré de gens qui ont le parfum que l’on a quand on passe du temps avec Jésus et qui vivent une vie semblable à celle de Christ. Comme Paul, ces saints ont le désir d’être dans la présence de Christ. Ils ont une faim d’obtenir de plus en plus d’intimité avec Lui et ils répandent Son amour et Sa sainteté.

De telles personnes se réjouissent de la vie mais évitent aussi les conversations vaines. Elles vivent pleinement séparées des choses de ce monde et la faveur de Dieu est évidente dans leur vie et leur famille. Certaines peuvent être pauvres matériellement mais leur vie est pleinement bénie par le Seigneur.

Ne te méprends pas sur ce que je dis : ces croyants traversent des périodes d’épreuves difficiles mais, comme Paul, même s’ils peuvent être abattus, ils ne sont pas détruits. Et ils n’abandonnent jamais ! Ils sont déterminés à terminer leur marche de foi et de service d’une façon qui plaise à Dieu.

Mais Satan est déterminé à placer dans ta vie des choses qui vont entraver ton entrée dans l’abondance de la bénédiction de Christ. Paul le savait et il a dit aux Galates : “Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. Un peu de levain fait lever toute la pâte” (Galates 5:7-9). En d’autres termes : “Qu’y a-t-il dans ta vie qui t’empêche d’entrer dans la pleine bénédiction de Christ ?”

C’est un bon avertissement pour nous, aujourd’hui. De nombreux chrétiens qui ont été à une époque puissamment utilisés par Dieu ont permis à certaines choses de pénétrer dans leur vie et ils ont fait la paix avec ce compromis. Sois attentif à ne laisser entrer aucun péché qui pourrait être comme un peu de levain qui pourrit le lot entier.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Bien joué ! – David Wilkerson

bienjoué

Bien joué !
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 1.11. 2018

Dans sa lettre aux Éphésiens, Paul presse tout le monde de rechercher la pleine mesure des bénédictions de l’évangile de Christ. “Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ… Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ…Et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu” (Éphésiens 4:7 et 13, 3:19).

Note le mot “plénitude” dans ces passages. Le mot grec utilisé par Paul signifie “achever la tâche de remplir entièrement.” Voilà la tâche que Dieu nous a donnée : poursuivre la plénitude des bénédictions de Christ dans notre vie.

Considère la mesure incroyable des bénédictions de Christ dans la vie de Paul, cet homme qui a reçu des révélations de la part de Jésus Lui-même. Bien sûr, Paul savait qu’il n’avait pas atteint la perfection, mais il savait aussi, sans le moindre doute, que rien dans sa vie n’empêchait la bénédiction de Christ de couler.

C’est pour cette raison que Paul pouvait dire : “Je sais qu’en allant vers vous, c’est avec une pleine bénédiction de Christ que j’irai” (Romains 15:29). Il avait une sainte confiance dans sa marche avec Christ. Il clamait : “C’est pourquoi je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes” (Actes 24:16. Il disait, en substance : “Ma vie est un livre ouvert devant le Seigneur. Je n’ai pas de péché caché dans mon cœur et Il n’a aucune controverse avec moi. Sa bénédiction est un flot continuel de révélations : quand je prêche, vous n’entendez pas les paroles des hommes, vous entendez les paroles qui viennent du cœur de Dieu.

Tu vois, la plénitude de la bénédiction de Christ ne concerne pas les biens matériels. Bien qu’une bonne santé et des ressources terrestres soient des bénédictions qui proviennent de la main généreuse de Dieu, Paul parle d’une bénédiction bien plus grande : l’approbation de Dieu – Son “Bien joué !”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Fixer quotidiennement nos regards sur Jesus – David Wilkerson

2 Corinthiens 3.18

Fixer quotidiennement
nos regards sur Jesus
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 31.10. 2018

Paul parle d’un certain appel qu’ont reçu tous les chrétiens. Ce ministère ne requiert aucun don ni talent particulier. Il doit être exécuté par tous ceux qui sont nés de nouveau. En fait, ce ministère est le premier appel de tout chrétien. Tout le reste doit en découler parce qu’aucun service ne peut plaire à Dieu à moins d’être né de cet appel.

Je parle du ministère de contempler la face de Christ. Paul dit : “Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur” (2 Corinthiens 3:18). Que signifie “contempler la gloire du Seigneur” ? Paul parle d’une adoration fidèle et concentrée – un temps donné à Dieu pour simplement le contempler. L’apôtre ajoute rapidement : “C’est pourquoi, ayant ce ministère” (4:1). Paul dit clairement que contempler la face de Christ est un ministère auquel nous devons nous dévouer.

Le terme grec pour “contempler” est une expression forte : elle n’indique pas seulement de jeter un regard, mais de “fixer les regards.” Elle signifie : “Avant de faire quoi que ce soit d’autre ou d’essayer d’accomplir quelque chose, je dois d’abord être dans la présence de Dieu.”

De nombreuses personnes interprètent mal l’expression “contempler comme dans un miroir” (3:18). Elles pensent que l’image du visage de Jésus leur est renvoyée. Mais Paul parle d’un regard intense et concentré, comme si on essayait de voir quelque chose plus clairement à travers une vitre. Nous devons “fixer notre regard” de cette façon, en étant déterminé à voir la gloire de Dieu sur le visage de Christ. Nous devons nous isoler avec Lui et communier avec Lui avec une telle dévotion que nous en sommes transformés.

Paul continue dans 2 Corinthiens 3:18 : “nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.” En étant dans la présence de Christ, nous sommes transformés par l’œuvre de l’Esprit. Comme il est merveilleux de savoir que le Saint-Esprit va travailler en nous pour permettre au caractère de Christ de grandir en nous quand nous nous concentrons sur Lui.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Jesus, la source de toute joie – David Wilkerson

Esaïe 51.11.jpg

Jesus, la source
de toute joie
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 30.10. 2018

Esaïe 16:6 décrit précisément ce qui arrive à une nation fière qui tombe sous le jugement de Dieu : “Nous entendons l’orgueil du superbe Moab, Sa fierté et sa hauteur, son arrogance et ses vains discours.” Tout au long de l’Écriture, la nation de Moab sert de symbole pour représenter un peuple qui s’appuie sur ses propres forces, qui tourne le dos à Dieu et tombe sous Son jugement.

Dans la Bible, la moisson est toujours un temps de grandes célébrations. Mais après le jugement de Moab, il n’y a pas eu de cris de joie “Moisson !” raisonnant dans les rues. La joie faisait partie du passé de Moab et un nuage de tristesse et de deuil planait sur la société.

Considérons un peu le paysage de l’Amérique d’aujourd’hui. Qu’entends-tu ? Que vois-tu ? Notre nation fière et hautaine est tombée sous la colère de Dieu et il y a beaucoup de peur. Quand les tours jumelles ont été détruites à New York, on a entendu : “Cela va changer notre nation pour toujours.” C’était vrai. L’innocence, la joie, le bonheur que connaissaient de nombreux américains est partie et ne reviendra jamais.

Ce que nous avons besoin de savoir, c’est que Jésus Christ et Lui-seul est la source de toute joie. Le psalmiste dit de Lui : “ton Dieu t’a oint d’une huile de joie, par privilège sur tes collègues” (45:7). L’huile mentionnée dans ce psaume représente le Saint-Esprit. L’auteur dit : “Seuls ceux qui désirent marcher plus près de Jésus obtiendront la joie de Son Esprit.”

Nous qui connaissons la justice de Christ, nous ne devons pas vivre comme ceux qui n’ont pas d’espérance. Il nous a été accordé à la fois l’amour et la crainte de Dieu et Il nous dit : “Ainsi les rachetés de l’Éternel retourneront, ils iront à Sion avec chants de triomphe” (Esaïe 51:11). En d’autres termes : “Je vais avoir un peuple qui reviendra vers Moi avec foi et confiance. Ils vont cesser de regarder à leur condition et aux calamités qui les entourent et retrouver leur chant de joie.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Dieu est tout le temps disponible – Gary Wilkerson

Hébreux 7.25.jpg

Dieu est tout le temps disponible
Par Gary Wilkerson

Le 29.10.2018

Jésus est assis à la droite de Dieu et “toujours vivant pour intercéder en leur faveur” (Hébreux 7:25). Esaïe dit : “Et je les réjouirai dans ma maison de prière.”

Laisse-moi te poser quelques questions personnelles:
* Est-ce que tu suis Jésus dans la maison de prière ?
* Est-ce que tu Le suis dans un endroit “habituel” où tu pries ?
* Est-ce que tu pries régulièrement ?
* Est-ce que tu pries quotidiennement pour ton conjoint et tes enfants ? Jésus a dit à Ses disciples : “Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation” (Luc 22:46).

Pères, est-ce que vous priez pour que vos enfants ne tombent pas en tentation ? Femmes, est-ce que vous priez pour votre mari, pour que la main de Dieu soit sur lui ? Enfants, jeunes gens, adolescents, est-ce que vous cherchez la face de Dieu pour ne pas être balayés par les tentations du monde ? Célibataires, est-ce que vous mettez à part un temps “habituel” dans vos journées occupées pour crier à Dieu ?

La vie de Jésus était un modèle de ce qu’Il veut voir dans la vie de Ses disciples (c’est-à-dire nous, car nous sommes Ses disciples). Si nous voulons être honnêtes, la plupart d’entre nous devons reconnaître que nous n’avons pas de moment de prière “habituel.” Parfois, nous pouvons passer plusieurs jours sans un moment de prière consistant et sans nous rendre dans un lieu de prière où nous pouvons ouvertement, en toute transparence, communier avec Dieu, loin des distractions du monde.

Celui qui aime ton âme convoite ce temps seul avec toi. Il veut que tu Le loues et que tu L’exaltes – tous les jours. A moins de mettre de côté un moment significatif pour être seul avec Dieu, les activités de la vie vont t’empêcher de Le rencontrer. Dieu ne se soucie pas du moment de la journée auquel tu viens le rencontrer – après tout, Il est disponible tout le temps ! Fais de ce temps ta priorité, parce que ce sera le moment le plus important de ta vie. Engage-toi vis-à-vis du Père et dis “non” à tout le reste.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Le premier pas pour partager ta foi – Nicky Cruz

Le premier pas.jpg
Le premier pas
pour partager ta foi
Par Nicky Cruz

Le 27.10. 2018

Dans l’Ancien Testament, nous lisons l’histoire de la femme de Jacob, Rachel, et de son désir désespéré d’avoir un enfant. Elle ne pouvait plus supporter l’idée de vivre sans connaître la joie d’enfanter, sans expérimenter tout ce qui était prévu pour elle en tant que femme dans la culture juive. La souffrance de Rachel était insupportable et elle a crié à Jacob : “Donne-moi des enfants où je meurs” (Genèse 30:1).

Apporter une âme à Christ ressemble au fait de donner la vie. Le Saint-Esprit fait naître le désir dans notre cour et nous mettons en branle le processus, priant régulièrement pour les âmes. Nous désirons voir naître notre nouveau bébé et, une fois né, nous ne voulons pas le laisser. Nous jouons, câlinons et enseignons la nouvelle création de Dieu. Nous plantons et arrosons en priant pour que Dieu donne la croissance. Tout ce à quoi nous pouvons penser, c’est d’aider notre enfant à grandir, à s’épanouir et à revêtir l’image de Christ.

Si seulement tous les serviteurs de Christ ressentaient cette même passion et cette même urgence pour amener un nouveau bébé dans le royaume de Dieu ! Si seulement nous décidions tous que nous ne pouvons plus vivre avec l’idée d’être stériles. Si seulement ce désir brûlait dans notre cœur, jusqu’à ce que nous ne puissions plus le contenir, jusqu’à ce que nous criions à Dieu : “Donne-moi un enfant spirituel où je meurs.”

Partout où je vais, je rencontre des chrétiens qui n’ont jamais connu la joie d’amener une âme à Christ. Ils viennent me voir pour recevoir un conseil, souvent avec les yeux baissés de honte. Je leur dis de ne pas avoir honte mais d’être plutôt excité parce que le Saint-Esprit est en train de convaincre leur cœur.

Je leur dis : “Le premier pas pour partager votre foi, c’est de développer un désir brûlant de le faire.” Nous pouvons compter sur le Saint-Esprit pour allumer ce désir désespéré en nous, parce que c’est exactement ce qu’Il veut faire.

Nicky Cruz, évangéliste et auteur internationalement connu, s’est tourné vers Jésus Christ en se détournant d’une vie de violence et de crimes, après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L’histoire de sa conversion a d’abord été rapportée dans le livre La croix et le Poignard de David Wilkerson puis, plus tard, dans son propre best-seller, Du ghetto à la vie.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Comment développer notre confiance en Dieu? – David Wilkerson

Hébreux 4.10-11
Comment développer
notre confiance en Dieu?
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 26.10. 2018

Pour entrer dans le repos de Dieu, nous devons renoncer à nos propres efforts. Seule la foi nous permet d’entrer dans le repos parfait : “Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos” (Hébreux 4:3). Pour dire les choses simplement, nous devons décider de croire que Dieu est fidèle pour nous délivrer dans tous les circonstances, peu importe à quel point elles semblent impossibles.

“Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes” (4:10). Quand nous nous reposons en Christ, nous n’essayons plus de faire bonne figure au milieu des problèmes. Nous n’affichons pas une fausse acceptation de notre crise et nous ne nous inquiétons pas à l’idée de sombrer dans la peur et de remettre l’amour de Dieu en question. En résumé, notre “mentalité des œuvres” cesse et nous nous confions simplement en Dieu.

Comment développer une telle confiance ? Nous cherchons le Seigneur dans la prière, nous méditons Sa Parole et nous marchons dans l’obéissance. Tu peux objecter : “Mais tout cela, ce sont des œuvres.” Je ne suis pas d’accord. Ce sont des actes de foi. Quand nous faisons ces choses, nous nous confions en l’œuvre du Saint-Esprit qui agit en nous, qui construit un réservoir de force pour les temps de besoin. Nous ne ressentons peut-être pas que Dieu nous fortifie à l’intérieur. Mais quand la prochaine épreuve viendra, ces ressources célestes seront manifestes en nous. En fait, c’est principalement pour cette raison que je cherche le Seigneur avec persévérance et constance – jeûnant, priant, étudiant, cherchant à obéir à Ses commandement grâce à la puissance du Saint-Esprit.

Tant que tu serviras le Seigneur, le diable ne te laissera pas de repos. Tu affronteras une guerre intense, des attaques surprises et, malgré tes victoires passées, tu auras toujours besoin des ressources célestes pour t’aider à endurer tout cela.

Décide d’être un soldat pleinement préparé pour le champ de bataille. Quand l’ennemi viendra soudainement vers toi, tu auras besoin de toutes les munitions disponibles. Tu auras besoin de réserves dans lesquelles puiser. Tu auras remporté la bataille à genoux devant Dieu avant le début du conflit.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

 

Arrêter le diable à la porte de ton cœur -David Wilkerson

2 Timothée 2.26
Arrêter le diable à la porte de ton cœur
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 24.10. 2018

Une des plus grandes tragédies de l’Église de cette génération, et une des plus grandes peines de Dieu, c’est que tant de chrétiens ne sont pas réellement heureux. Ils affichent une façade : ils chantent, tapent des mains, sourient et louent. Mais, juste sous la surface se cachent de la solitude et une profonde misère.

Ces chrétiens sont chauds, puis soudain froids. Ils ne peuvent pas gérer la peur et la dépression les balaie comme un rouleau compresseur. Une semaine, ils sont au sommet de la vague, la semaine suivante, ils sont dans le creux. Souvent, leur mariage suit ce même schéma. Un jour, tout va bien entre le mari et la femme et le jour suivant, ils se sont malheureux. Certains jours, ils ne peuvent même pas se parler. Ils expliquent : “Eh bien, c’est comme ça le mariage. Tu ne peux pas t’attendre à être heureux et amoureux tout le temps.”

Ces chrétiens pris dans ces cycles montants et descendants devraient faire attention aux paroles adressées par Paul à Timothée. Il encourage le jeune homme à aider les autres à revenir dans leur bon sens et “ils se dégageront des pièges du diable, qui s’est emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté” (2 Timothée 2:26). Cela décrit parfaitement de nombreux chrétiens : ils donnent accès au diable et Satan entre et sort dans leur vie à volonté. Ils n’ont aucune autorité pour arrêter le diable à la porte de leur cœur et il fait étalage de son emprise sur eux. “Tu n’as en toi aucune puissance de Christ pour m’arrêter. Tu es mon prisonnier et je ferai ce que je veux.”

Ce manque de victoire en Christ est effroyable ! Jésus n’est pas mort pour que tu continues à vivre sous la puissance de Satan, alors que tu Lui a donné ton cœur. Fais attention à ne pas être pris dans ce piège. Affermis plutôt ton cœur pour marcher avec Dieu et t’emparer de Ses promesses. Décide de Le chercher de toute ta force et Il remplira ton cœur avec une joie véritable et durable.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

La révélation 1-3 – Florent Varak

Psaume 19.1-2.jpg
La révélation

1-3

Par Florent Varak

Message – 2010

1

Pourquoi croire la Bible, comment croire en un livre aussi ancien ?

Pour répondre à cette question, Florent Varak lit le Psaume 19.

Un Psaume dans lequel David s’émerveille que Dieu se soit révélé.

Ce Psaume est divisé en deux parties :

le monde de Dieu

les Paroles de Dieu

La puissance de la Parole de Dieu convertit les cœurs,

l’orateur invite à se laisser enseigner par cette révélation en :

cultivant la capacité de dire du bien de Dieu

méditant la Parole de Dieu.

Bonne écoute!

Merci de cliquer ici
pour écouter le message
2

Comment Dieu se révèle à nous ? Au travers la création,

la conscience, l’histoire ou la Bible, mais Dieu se révèle aussi

en la personne de Jésus-Christ. Florent Varak montre

que l’Ancien Testament anticipe l’incarnation de Jésus.

Ensuite il lit les versets 1 à 11 de Jean 14 et souligne que :

Jésus donne la paix du cœur, la vie éternelle

Jésus est le seul intermédiaire entre Dieu et les hommes

Jésus est la pleine manifestation de Dieu parmi les hommes.

Bonne écoute!

Merci de cliquer ici
pour écouter le message
3

Les messages précédents ont décrit comment Dieu s’est révélé

de façon générale. Florent Varak passe en revue l’œuvre

du Saint-Esprit dans l’Ancien Testament avant de parler

de son ministère dans le temps de l’église,

ministère qui commence avant la conversion, se manifeste

à la conversion et pendant toute la vie chrétienne.

Il lit dans 1 Corinthiens 12 les versets 1 à 11 et relève

l’activité du Saint Esprit qui :

dynamise l’église

éloigne des pratiques païennes

exalte la personne de Christ

Bonne écoute!

Merci de cliquer ici
pour écouter le message
Que Dieu vous bénisse

 

 

Pouvons-nous prier le Saint-Esprit ? – Jérôme Prékel

Jean 14.13-14.jpg

Pouvons-nous prier

le Saint-Esprit ?

Par Jérôme Prékel

Nous est-il réellement permis de prier, de louer, d’adorer le Saint-Esprit ? Cette question délicate n’aura pas manqué de se poser aux observateurs attentifs, responsables et enseignants. La poussée de certaines formes de christianisme dites «réveillées», et l’influence inconsciente du progressisme religieux d’outre-atlantique a entraîné certaines pratiques qui amènent la question posée dans notre introduction.

La première réponse qui peut être apportée, c’est que les Ecritures ne font mention d’aucun exemple d’une telle prière. Ce sera là le point central, le plus important de notre réflexion (voir la note 1). N’en déplaise aux analyses émotionnelles et superficielles. Ce point — l’absence d’exemple biblique — aura à lui seul la capacité d’éclairer bon nombre de chercheurs de la vérité. Pour les autres, essayons d’aller plus loin.

Le modèle biblique qui nous est proposé est de prier le Père au nom du Seigneur Jésus Christ. On ne voit donc pas l’intérêt d’un enfant de Dieu de s’écarter ou d’innover – même un tant soit peu – de l’enseignement donné par la Bible.

La véritable question sera donc : pourquoi l’église de Jésus-Christ serait-elle tentée d’introduire une autre forme de prière, de louange, d’adoration ? Quelle pourrait être la raison de cette nouvelle pratique qui consiste non plus à s’adresser au Père, mais à l’Esprit Saint ?

On avance évidemment, ici ou là, que le mal n’est pas bien grand puisqu’en toute circonstance, Dieu sera toujours prié, Père ou Esprit ! Ne serait-ce d’ailleurs pas là un de ces mauvais procès biblico-biblique, qui ne servent qu’à noircir des pages et à dégrader le lien de la paix parmi les frères ?

Si ces arguments ont quelque chose de sensé, il ne répondent pas à la question posée: pourquoi faire une chose en dehors du modèle biblique ? Il ne s’agit pas ici de se réfugier dans un fondamentalisme sécurisant, mais de réfléchir à la raison de l’absence du modèle biblique de la prière au Saint-Esprit.

Sur ce sujet, il est bon de se souvenir que les temps d’obscurités que l’Église a connu au cours des siècles passés ont systématiquement été précédés de mélanges et de compromis avec la pensée divine, et qu’à l’inverse, tout réveil a toujours commencé par un retour à la stricte Parole de Dieu.

Que dit le Seigneur Jésus-Christ au sujet de la prière ? : «vous donc, priez ainsi : NOTRE PERE qui es aux cieux…» (Mat. 6/9).

Puis, plus tard, les enseignements du Nouveau Testament nous montrent que la prière doit aussi être adressée à Dieu au nom de Jésus-Christ : «et quoi que vous demandiez en mon nom, je le ferai» (Jean 14/13-15/16); pourquoi ? … car en Lui a habité «toute la plénitude de la divinité» (Colossiens 2/9); afin «… qu’au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes, terrestres et infernaux, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père» (Philippiens 2/10).

Peut-on imaginer le Seigneur Jésus-Christ, au cours de ses nombreuses prières publiques, s’adresser au Saint-Esprit plutôt qu’au Père ? Il lui aurait pourtant été facile, comme à ses apôtres après lui, de créer un précédent clair, qui aurait ouvert à chacun de larges avenues d’expressions de leur souhait, mais cela ne s’est pas produit, et nous assistons plutôt à un exemple suivi et confirmé par tous.

le Saint-Esprit

Dans son annonce de la venue et du don de l’Esprit-Saint, Jésus explique bien : «mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom vous enseignera toutes choses, et vous rappellera les choses que je vous ai dites» (Jean 14/26); «le consolateur, que moi je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de Vérité qui procède du Père rendra témoignage de moi» (Jean 15/27);
«il vous conduira dans toute la vérité : car il ne parlera pas de par lui-même … il me glorifiera» (Jean 16/13).

Le Seigneur Jésus révèle donc un aspect important, qu’IL A VOULU INTÉGRER ICI afin que notre vision ne bascule pas dans une forme d’idolâtrie : « Il ne parlera pas de lui-même ». Pouvons-nous trouver un seul exemple biblique où le Saint-Esprit se définit lui-même ? Non. Jésus précise bien qu’il n’existe pas de possibilité d’une action séparée, et la porte d’une quelconque forme d’autonomie est ici fermée. Le Saint-Esprit est défini ici comme un instrument de Sa volonté (Jean 15/27).

Nous prierons donc par l’Esprit (Ephésiens 6/18), mais jamais le Saint-Esprit lui-même.

Si cette tendance à prier le Saint-Esprit venait à se renforçer et s’affirmer parmi les chrétiens, elle pourrait s’apparenter à une dérive en ce qu’elle contesterait indirectement les droits du Seigneur Jésus-Christ dans Son église, car «Il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes: Jésus-Christ l’Homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous …» (1 Tim. 2/5).

Bien que la prière adressée au Saint-Esprit puisse être innocente, considérant que le Saint-Esprit de Dieu est une émanation de Dieu, nous devrons néanmoins nous référer au modèle biblique, et non à ce que nous pouvons nous autoriser sur la base de notre théologie.

Le danger de l’émergence de l’idolâtrie d’une manifestation céleste est réel, comme l’ennemi y parvint avec le serpent d’airain durant plusieurs générations (2 Rois 18/4). Ce fait historique devrait nous enseigner davantage de rigueur et de prudence sur un sujet aussi sensible que celui-ci, et nous aurions tort de considérer les appels à revenir à la pureté et à la révélation des Écritures comme des formes de protectionnisme, ou de traditionnalisme rigide.

La tentation de prier le Saint-Esprit (et d’instituer cette prière, et ce rapport à Dieu) installerait dans l’esprit de ceux qui s’y livreraient la confusion et l’erreur, terrain propice à l’ensemencement des coeurs par des doctrines de plus en plus éloignées de la révélation des pères de la foi.

Ce qui est dit ici ne fait que plaider en faveur du modèle biblique. Lors d’une première édition de cet article, certaines personnes ont réagi d’une manière virulente, probablement parce qu’elles ont été choquées : comment oser proscrire la possibilité de prier le Saint-Esprit ? La réponse est que le Seigneur, c’est l’Esprit (2 Corinthiens 3/18); mais bien que le Seigneur soit l’Esprit (Jean 4/24), Il a pris TOUTES les précautions pour que n’apparaisse aucune prière « à l’Esprit ».
Certains pensent que le coeur de l’homme est désespérément religieux, et tombe facilement dans l’idolâtrie : sans doute est-ce une des raisons principales.

« Nous sommes le temple du Saint-Esprit» (1 Corinthiens 3/16), mais la gloire de la Schékinah ne peut remplir le temple que lorsque toutes choses sont conformes au plan divin, et que la construction dans son ensemble est consacrée à l’Eternel, et à Lui seul (Exode 40 et 2 Chroniques 5).

C’est lorsqu’Il est Lui-Même le réel objet de l’adoration, et qu’Il est élevé au-dessus de tout (culte, service, connaissance, ministère, dons, et surtout : dogmes) que Son témoignage apparaît sur Sa Maison (1 Timothée 2/15).

Pour parvenir à cet aboutissement, un attachement inaltérable à la Parole de Dieu est nécessaire. Le Seigneur veut que nous apprenions à dire « oui » à Sa voix afin de pouvoir dire « non » à celle de l’ennemi et de ses subterfuges, et que nous entrions dans cet exercice qui consiste sans relâche à «séparer ce qui est précieux de ce qui est vil» afin d’être comme Sa bouche (Jérémie 15/19).

Jérôme Prekel, Le Sarment

——-

Note 1 : Le contre-exemple le plus emblématique de l’absence de prière (ou d’adoration) adressée au Saint-Esprit se trouve … au moment même de la Pentecôte,. Dans un premier temps, nous voyons que l’apôtre Pierre, rempli de l’Esprit, atteste que c’est Jésus-Christ qui est le déclencheur de cette onction, ce qui n’est pas sans importance :

Actes 2:33
Ayant donc été exalté par la droite de Dieu, et ayant reçu de la part du Père l’Esprit Saint promis, il a répandu ce que vous voyez et entendez.

Dans un second temps, nous constatons qu’au moment où les disciples rencontrent leur première difficulté, qui annonce les persécutions à venir, ils se retrouvent ensemble pour prier et apporter leur fardeau. Il n’existe sans doute pas de meilleure occasion pour que des hommes prient le Saint-Esprit, mais ce n’est pas dans cette forme qu’ils sont conduits :

Actes 4:23 à 31
« Et ayant été relâchés, ils vinrent vers les leurs et leur rapportèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit.
Et l’ayant entendu, ils élevèrent d’un commun accord leur voix à Dieu, et dirent: O Souverain! toi, tu es le Dieu qui as fait le ciel et la terre, et la mer, et toutes les choses qui y sont: qui as dit, par la bouche de David ton serviteur: « Pourquoi se sont déchaînées les nations, et les peuples ont-ils projeté des choses vaines? Les rois de la terre se sont trouvés là, et le chefs se sont réunis ensemble, contre le Seigneur et contre son Christ ».

Car en effet, dans cette ville, contre ton saint serviteur Jésus que tu as oint, se sont assemblés et Hérode et Ponce Pilate, avec les nations et les peuples d’Israël, pour faire toutes les choses que ta main et ton conseil avaient à l’avance déterminé devoir être faites. Et maintenant, Seigneur, regarde à leurs menaces, et donne à tes esclaves d’annoncer ta parole avec toute hardiesse, en étendant ta main pour guérir, et pour qu’il se fasse des miracles et des prodiges par le nom de ton saint serviteur Jésus.
Et comme ils faisaient leur supplication, le lieu où ils étaient assemblés fut ébranlé, et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et annonçaient la parole de Dieu avec hardiesse ».

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Au-delà de tout ce qui a été vu dans le passé – David Wilkerson

2 Rois 2 .12-13.jpg

Au-delà de tout ce qui a été

vu dans le passé

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 23.10. 2018

Quand le vieux prophète Elie est arrivé à ses derniers jours sur Terre, il a invité son serviteur Elisée à l’accompagner pour visiter les villes de Béthel et Jéricho. Lors de ce voyage qui avait un but d’enseignement, ils sont arrivés sur la rive du Jourdain où Elie a ôté son manteau – un vêtement large et ample – et a frappé l’eau avec. Les eaux se sont alors séparées en deux et les deux hommes ont pu traverser à sec (voir 2 Rois 2:8).

Sur l’autre rive du fleuve, Elie s’est tourné vers son serviteur et lui a dit : “Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi” (2 Rois 2:9). Sans hésitation, l’homme plus jeune a répondu : “Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit !” (même verset).

Elie a paru surpris de la réponse d’Elisée : “Tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d’avec toi, cela t’arrivera ainsi ; sinon, cela n’arrivera pas” (2:10). Elie disait : “Si tu me vois pendant que le Seigneur me prend, ton désir sera satisfait, mais si tu ne vois rien, tu rentreras à la maison déçu.”

Pendant qu’ils marchaient, un char est soudain apparu, venant du ciel. En un éclair, Elie a été enlevé. Elisée a assisté à toute la scène et il a crié : “Mon père ! mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie !” (2:12). Elie était parti mais son manteau est tombé à terre. Elisée l’a ramassé et l’a mis sur son dos. Ensuite, il est retourné au Jourdain et a accompli la même chose que son maître : il a frappé l’eau avec le manteau et, immédiatement, la rivière s’est séparée en deux, lui permettant de traverser à sec. C’est ainsi qu’a commencé le ministère remarquable de ce jeune prophète.

Que peut nous enseigner ce passage aujourd’hui ? Je crois que Dieu veut faire des choses de plus en plus grandes à chaque génération. Il veut accomplir des miracles et donner Son Esprit pour son peuple au-delà de tout ce qui a été vu dans le passé. Il désire que nous préparions nos cœurs et que nous puissions voir le Seigneur accomplir une chose nouvelle dans ces derniers temps.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Quinze minutes chaque jour – Gary Wilkerson

Ezéchiel 22.30

Quinze minutes

chaque jour

Par Gary Wilkerson

Le 22.10. 2018

“Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays” (Ezéchiel 22:30).

Dieu dit qu’Il cherche une personne qui accepte de “se tenir à la brèche”, cet endroit large et vide où quelque chose manque. L’évangélisation, l’adoration, l’enseignement, la prédication, les bonnes œuvres, l’école du dimanche, le ministère parmi les jeunes sont bien couverts, mais la “brèche” dans ton église est peut-être la prière.

Le Seigneur appelle Son Eglise à se tenir dans la brèche, quel que puisse en être le résultat. Si tu pries uniquement pour avoir du succès dans ta vie, tu es comme les pharisiens – et Jésus les a traités d’hypocrites. Tu prétends peut-être que tu te tiens à la brèche pour quelqu’un d’autre, mais en réalité tu veux quelque chose pour toi-même. Si tu n’obtiens pas ce que tu veux après quinze minutes, tu arrêtes de prier. La prière et le fait de chercher Sa face ne font plus partie de ta vie – et tu doutes que Dieu va répondre à ta prière.

Dieu cherche des prières persévérantes, fidèles, venant du cœur. Se tenir à la brèche dans le lieu secret avec Dieu pendant quinze minutes chaque jour est un bon début. Tu vas voir que ces quinze minutes vont se transformer en vingt minutes, puis en trente. Ne t’inquiète pas de la durée de ta prière, reste simplement conséquent.

La Bible nous dit clairement qu’Il veut que nous soyons remplis d’amour et de puissance – et cela ne peut se produire que lorsque nous nous rendons dans le lieu secret avec Lui. Si tu fais de bonnes œuvres juste pour être vu des hommes, c’est tout ce que tu verras et ta vie sera consumée par ces questions : “Est-ce qu’ils m’ont vu ? Est-ce qu’ils apprécient ce que j’ai fait ? Est-ce que je suis accepté ? Est-ce que je suis aimé ?”

Quand tu te tiens à la brèche et que tu Le sers, peu importe ce que disent les autres. Tu ne cherches pas à ce que les gens te tapent dans le dos. Les yeux du Père sont sur toi et Il te dit : “C’est bien, bon et fidèle serviteur.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Christ désire ardemment notre communion avec lui – David Wilkerson

Jésus désire avoir un temps.jpg

Christ désire ardemment

notre communion avec lui

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 19.10. 2018

Alors qu’Il se rendait en Galilée, Jésus s’est arrêté près d’un puits en Samarie pour se reposer. Quand Ses disciples se sont éloignés pour acheter de la nourriture, une samaritaine est venu au puits pour tirer de l’eau et Jésus lui a adressé une simple requête : “Donne-moi à boire” (Jean 4:7).

Ces quelques mots ont démarré une longue conversation et, pendant qu’ils parlaient, elle a été très étonnée des choses qu’Il lui disait. Finalement, elle a dit : “Je sais que le Messie doit venir celui qu’on appelle Christ ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle” (Jean 4:25-26).

Les disciples sont revenus et ont été surpris de voir le Maître si absorbé par sa conversation avec cette Samaritaine. Ils ont commencé à préparer le repas et, quand il a été prêt, la femme s’est dépêchée de retourner en ville. Ils ont dit : “Rabbi, mange” (4:31) et Jésus leur a répondu cette phrase surprenante : “J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas” (4:32).

Jésus leur disait qu’Il s’était nourri d’une nourriture qui ne vient pas de ce monde et qu’Il était rassasié. Il a expliqué : “Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre” (4:34). De la même façon, nous devons accomplir l’œuvre du royaume de Dieu en témoignant et en gagnant des âmes. Jésus a accompli cette œuvre avec la Samaritaine, puisque la Bible nous dit qu’elle a cru qu’Il était le Messie. Elle a dit à ses amis : “Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce point le Christ ?” (4:29).

Le besoin de communion de Christ était satisfait pendant qu’Il parlait à cette femme. Jésus a dit : “Tout ce que J’avais demandé, c’était un peu d’eau, mais elle M’a donné un cœur honnête et en recherche. Ce genre de communion est une nourriture pour moi.”

Jésus désire avoir un temps de qualité avec toi, chaque jour. Chaque fois que tu t’attends à Lui, Il promet de te parler, alors attends dans Sa présence jusqu’à ce que tu entendes Sa voix te dévoiler Son cœur.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Es-tu coupable d’ignorer Dieu? – David Wilkerson

Jean 14.20-21.jpg

Es-tu coupable

d’ignorer Dieu?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 18.10. 2018

Tous les chrétiens savent que Dieu ne réside pas dans des bâtiments ou des temples faits de mains d’hommes. Notre Seigneur a choisi de vivre dans des vases humains – c’est-à-dire, dans le cœur et le corps des membres de Son peuple. Chaque croyant peut se vanter avec assurance en disant : “Dieu vit en moi.” Bien-sûr, le Seigneur est partout, mais d’après Sa parole, un cœur lavé par le sang de Jésus est son lieu de résidence permanent.

Quand Dieu commence-t-Il à résider en nous ? Quand nous donnons notre cœur à Jésus pour la première fois. A ce moment, la présence de Christ remplit notre être. Il atteste : “Je suis en mon Père,… vous êtes en moi, et… je suis en vous… Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui” (Jean 14:20,23).

Te souviens-tu du jour où tu as été sauvé ? Te souviens-tu de ce que tu as ressenti et expérimenté – des promesses que tu as faites à Jésus, de rejeter tous les autres et de Le suivre ? Jésus avait vu ces choses se produire il y a bien longtemps dans l’éternité – et Il se réjouissait en toi. Il savait que tu allais Le recevoir, avant même que tu ne sois formé dans le ventre de ta mère.

“Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât” (Psaumes 139:16).

Avant que tu ne sois une semence, Dieu savait tout de toi et Son Fils, Jésus, se réjouissait de savoir que tu grandirais pour devenir son lieu d’habitation. Il se réjouissait à l’idée de te dévoiler Sa Parole : “mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père” (Jean 15:15).

Est-ce que tu es à la hauteur de Ses attentes quand Il espérait vivre toute la vie avec toi ? Est-ce que ton intimité avec Lui croît ou es-tu coupable de L’ignorer ? Dieu se languit de toi et Il a des plans pour toi. Laisse le Seigneur faire de ce jour un nouveau commencement pour toi.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Pourquoi Jonas s’est-il enfui?- David Wilkerson

Proverbes 3.7.jpg

Pourquoi Jonas

s’est-il enfui?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 16.10. 2018

“La parole de l’Éternel fut adressée à Jonas… en ces mots : lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! Car sa méchanceté est montée jusqu’à moi. Et Jonas se leva pour s’enfuir à Tarsis” (Jonas 1:1-3).

Nous connaissons l’histoire de Jonas, l’homme qui a essayé de s’enfuir quand le Seigneur l’a envoyé annoncer le jugement de la ville de Ninive. Mais, au lieu de prévenir Ninive, Jonas s’est enfuit. Cette histoire a été validée par Christ Lui-même : “Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre” (Matthieu 12:40). En d’autres termes, l’histoire de Jonas est aussi certaine que la mort et la résurrection de Christ.

Pourquoi Jonas a-t-il refusé d’obéir à la parole claire de Dieu et s’est-il enfui ? De toute évidence, Jonas avait reçu un don de Dieu et avait été choisi par Dieu, pourtant, il s’est enfui loin de la présence de Dieu, coupant toute communion avec Lui. Pendant qu’il fuyait, il entendait la voix du Saint-Esprit résonner dans ses oreilles à chaque pas, tout le long du chemin.

Jonas a reçu une puissante révélation de la grâce et de la miséricorde de Dieu : “Car je savais que tu es un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté” (4:2). Bien-sûr, Dieu est tel que Jonas l’a décrit, mais la Bible parle aussi de la nature sainte et juste de Dieu. “La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive” (Romains 1:18).

Je crois que Jonas a désobéi parce qu’il a pensé : “Seigneur, à chaque fois que Tu prononces un jugement, Tu te laisses gagner par la miséricorde. Je sais que Tu ne vas pas juger Ninive, parce que dès que je vais prophétiser, ils vont se repentir et Tu pourras déverser Ta grâce sur eux.” Il ne comprenait pas la crainte de Dieu, ni Sa nature sainte et juste.

Tous les croyants devraient s’emparer d’une révélation de la crainte de Dieu telle qu’elle est révélée dans Sa Parole. “Ne sois point sage à tes propres yeux, Crains l’Éternel, et détourne-toi du mal” (Proverbes 3:7). La crainte de Dieu est tout aussi dispensatrice de vie que Sa miséricorde – “Celui qui craint l’Eternel possède un appui ferme” (14:26) – et nous devons apprendre à équilibrer les deux.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Le fruit d’une foi centrée sur la bonté de Dieu – Gary Wilkerson

Moïse comprenait.jpg

Le fruit d’une foi centrée

sur la bonté de Dieu

Par Gary Wilkerson

Le 15.10. 2018

Aujourd’hui, de nombreux pasteurs définissent la faveur de Dieu comme des possessions, une position et des acquisitions – de plus belles maisons et voitures, un meilleur travail, une famille plus heureuse et des revenus qui augmentent. Je crois que Dieu favorise son peuple de cette façon mais que nous nous privons de quelque chose quand nous vivons pour autre chose que sa véritable faveur.

Nous connaissons tous le concept biblique du Pays Promis – la libération de l’esclavage et la joie d’une vie bénie. Le Pays Promis originel était un don de Dieu pour Israël – un endroit réel appelé Canaan, un pays fertile couvert de fruits gigantesques et de rivières.

C’était un pays de rêve pour les Israélites qui avaient été battus et exilés pendant des générations. Pourtant, quand ils sont arrivés à la frontière de Canaan, Dieu a dit une chose surprenante à Moïse : “Monte vers ce pays où coulent le lait et le miel. Mais je ne monterai point au milieu de toi, de peur que je ne te consume en chemin, car tu es un peuple au cou roide” (Exode 33:3).

Ces mots au sujet de Son peuple peuvent sembler sévères, mais dans le contexte, nous voyons que Dieu avait libéré Israël de quatre cents ans d’esclavage en Égypte et, maintenant, au moment d’entrer dans le Pays Promis, Dieu leur a dit qu’Il n’irait pas avec eux parce que, malgré les miracles qu’Il avait accomplir pour eux, ils se plaignaient toujours à chaque nouvelle difficulté. Malheureusement, leurs expériences et les miracles que Dieu avait accompli pour eux ne se sont jamais transformés en foi.

Mais la foi de Moïse était différente ! Il connaissait la bonté de Dieu, démontrée à travers toutes Ses œuvres miraculeuses en faveur d’Israël. En fait, la faveur du Seigneur envers Son peuple semblait sans fin et Moïse s’émerveillait devant le caractère de Dieu qui accomplissait toutes ces choses pour eux dans Sa miséricorde. Son attitude a été de dire : “Seigneur, si Tu n’y vas pas, je n’y vais pas non plus.”

Moïse comprenait qu’il était bien plus grand d’expérimenter la présence du Dieu aimant et compatissant qui avait tant fait pour eux, que de recevoir les bénédictions. Il désirait voir la gloire de Dieu – “Fais-moi voir ta gloire” (Exode 33:18) – et je prie pour que tu aies le même désir aujourd’hui.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

A moins que tu me bénisses – Jim Cymbala

Genèse 32.26.jpg

A moins que tu me bénisses

Par Jim Cymbala

Le 13.10.2018

Que pouvons-nous faire pour bénéficier de la faveur de Dieu, aujourd’hui ? Existe-t-il un secret et, si oui, quel est-il ? Heureusement, il y a des directions bibliques claires pour nous guider. La première instruction évidente du Seigneur, c’est que nous devons demander dans la prière un déversement de Sa faveur. Souviens-toi que de ce qui a rendu Jaebets spécial dans sa génération : “Jaebets invoqua le Dieu d’Israël, en disant : Si tu me bénis et que tu étendes mes limites” ‘1 Chroniques 4:10).

Jaebets, apparemment, ne pouvait accepter l’idée de vivre sans la bénédiction de Dieu. La version anglaise dit que Jaebets a crié vers le Seigneur : il ne s’agissait pas d’une simple prière silencieuse, mais du cri profond d’une âme qui ne pouvait vivre sans un ciel ouvert au-dessus de lui.

La prière de Jaebets nous rappelle Jacob, l’un des patriarches d’Israël, qui a également connu un moment de prière particulier avec Dieu. Une nuit, Jacob a lutté contre Dieu, qui avait pris la forme d’un homme. Il a ensuite prononcé une parole qui a inspiré de nombreuses personnes à travers les siècles et les a poussés à chercher davantage de Dieu avec ferveur. Alors que l’homme allait partir, Jacob lui a dit : “Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni” (Genèse 32:26).

Ce genre de prière passionnée et désespérée n’est plus très en vogue aujourd’hui. C’est peut-être pour cette raison que nous expérimentons si peu de bénédictions divines, à la fois dans l’Eglise et en tant qu’individu. Si souvent, nous nous satisfaisons du statu quo, plutôt que de chercher plus de Dieu. A cause de cela, nous n’avons que peu d’effet sur le monde qui nous entoure.

Je ne comprends pas entièrement les mystères qui font qu’un Dieu souverain répond aux demandes de frêles êtres humains, mais il me semble clair que les prières demandent davantage pour être efficaces que de beaux mots. Chercher Dieu de tout notre cœur est le genre de prière biblique qui assure non-seulement une réponse, mais la bénédiction de Dieu dont nous avons tous besoin. Si Jésus Lui-même priait à voix haute, avec des larmes, par moment, je peux certainement me sentir libre de déverser mon âme devant Dieu. Et c’est aussi vrai pour toi.

Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

S’abandonner : rendre à Jesus – David Wilkerson

1 Timothée 1.16

S’abandonner 

rendre à Jesus

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 12.10. 2018

S’abandonner. Littéralement, s’abandonner signifie laisser quelque chose à une autre personne. Cela veut dire aussi renoncer à quelque chose qui nous a été accordé – nos possessions, notre pouvoir, nos buts, même notre vie.

Les chrétiens entendent beaucoup parler d’une vie d’abandon, mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Une vie d’abandon, c’est rendre à Jésus la vie qu’Il nous a accordée. C’est remettre entièrement sa vie entre Ses mains pour qu’Il puisse en faire ce qu’Il veut.

Jésus Lui-même a vécu une vie d’abandon. « car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jean 6:38). Christ n’a jamais rien fait de Lui-même. Il ne faisait aucun geste ni ne prononçait aucun mot sans en avoir reçu l’ordre de Son Père. « je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable » (Jean 8:28-29).

L’abandon complet de Jésus au Père est un exemple de la façon dont nous devons vivre. Tu penses peut-être : « Jésus était Dieu fait chair. Sa vie était abandon avant même qu’Il vienne sur Terre. » Mais la vie d’abandon n’est imposée à personne, pas même à Jésus.

Personne n’est forcé à donner sa vie à Dieu. La vérité, c’est que nous pouvons avoir autant de Christ que nous le voulons. L’apôtre Paul le savait et il a choisi de suivre l’exemple de Jésus et d’offrir entièrement sa vie. C’était un homme qui se déclarait lui-même juste, qui haïssait Jésus et persécutait les chrétiens, il disait qu’il haïssait littéralement les disciples de Christ. C’était un homme instruit, d’une grande volonté et d’une grande ambition, qui était destiné au succès. Pourtant, le Seigneur a pris cet homme qui s’était construit lui-même, qui avait déterminé lui-même ses directions et sa façon de vivre, pour le transformer en un exemple lumineux d’une vie d’abandon. Paul est devenu l’une des personnes les plus dépendantes, les plus remplies et conduites par Dieu de toute l’Histoire.

Paul a déclaré lui-même que sa vie devait servir d’exemple pour tous ceux qui désirent pleinement s’abandonner à Christ : « Mais j’ai obtenu miséricorde, afin que Jésus-Christ fît voir en moi le premier toute sa longanimité, pour que je servisse d’exemple à ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle » (1 Timothée 1:16).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Ecouter la voix du Père – David Wilkerson

Jean 8.28-29.jpg

Ecouter la voix

du Père

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 11.10. 2018

Jésus a vécu Sa vie sur Terre de manière totalement dépendante du Père Céleste. Notre Sauveur n’a rien fait et rien dit sans avoir d’abord consulté Son Père dans la gloire. Et Il n’a accompli aucun miracle sans en avoir reçu l’ordre de Son Père. Il a déclaré : « Mais je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » (Jean 8:28-29).

Christ a dit très clairement qu’avoir une dépendance totale, une écoute permanente de la voix du Père faisaient partie de Sa marche quotidienne. Nous le voyons dans une scène de l’évangile de Jean, où Jésus a vu un infirme allongé près de la piscine de Bethesda. Jésus s’est tourné vers cet homme et lui a ordonné de prendre son lit et de marcher – et, immédiatement, cet homme a été guéri et a pu marcher.

Les responsables juifs étaient en colère parce que, dans leur esprit, Jésus avait brisé le Sabbat en guérissant cet homme. Mais Jésus a répondu : « Je ne fais que ce que Mon père me dit de faire. » Il a expliqué : « le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait » (Jean 5:19-20).

Jésus a dit très clairement : « Mon Père m’enseigne tout ce que je suis censé faire. » Jésus, dans Sa chair, devait s’appuyer sur une œuvre intérieure quotidienne de la voix du Père pour le diriger. Il devait écouter la voix du Père heure après heure, miracle après miracle, un jour après l’autre.

Comment Jésus pouvait-Il entendre le murmure doux et léger de Son Père ? La Bible nous montre que c’était à travers la prière. Encore et encore, Jésus se rendait dans un lieu isolé pour prier. Il a appris à entendre la voix du Père en étant à genoux.

Je t’encourage à passer du temps avec Jésus dans un lieu secret, dans la prière. Assieds-toi tranquillement dans Sa présence et tu recevras une vérité que Christ seul peut te communiquer à travers Son Esprit Saint.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

La foi grandit dans la présence de Dieu -David Wilkerson

Hébreux 11.1-2.jpg

La foi grandit dans la

présence de Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 10.10. 2018

Jésus a posé une question dans Luc 18:8 : « Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Je me suis toujours interrogé devant cette question. Que voulait dire le Seigneur ? Quand je regarde l’Église aujourd’hui, je pense qu’aucune autre génération n’a été plus préoccupée par la foi que la nôtre.

Tout le monde semble parler de foi. Des séminaires et des conférences sur la foi ont lieu dans tout le pays. Des livres sur le sujet s’empilent sur les étagères des librairies chrétiennes. Nous avons des prédicateurs de la foi, des enseignants de la foi, des mouvements de la foi et même des églises de la foi. Pourtant, malheureusement, ce que la plupart des gens considèrent aujourd’hui comme de la foi n’en est pas du tout et Dieu rejette la majorité de ce qui est appelé et pratiqué comme foi. Il ne l’accepte tout simplement pas. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’une foi corrompue.

De nombreux prédicateur humanisent complètement le sujet de la foi, la décrivant comme si elle n’existait que pour obtenir un gain personnel ou répondre à nos besoins. « Si tu peux l’imaginer, tu peux l’avoir. » C’est du matérialisme et cela vient du monde.

Mon message pour ceux qui aiment réellement Jésus et qui désirent vivre par la foi d’une façon qui Lui plaise est celui-ci : toute foi véritable naît d’une intimité avec Christ. En fait, si ta foi ne vient pas d’une telle intimité, ce n’est pas du tout de la foi pour Lui.

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable » (Hébreux 11:1-2).

Plusieurs héros de la foi sont mentionnés dans Hébreux 11 et nous trouvons un dénominateur commun dans leur vie. Chacun avait une relation intime avec le Seigneur. Nous y voyons Abel (11 :4), Hénoch (11:5), Noé (11:7) et Abraham (11:8). Tous ces hommes sont morts dans la foi – le monde n’était tout simplement pas leur maison.

Est-ce que ton cœur soupire après une marche plus près du Seigneur ? Est-ce que tu ressens une insatisfaction grandissante vis-à-vis des choses de ce monde ? Alors, cherche le Seigneur Lui-même ! Passe du temps dans Sa présence et ta foi grandira.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Fermer nos yeux aux nécessiteux – David Wilkerson

Matthieu 25.34.jpg

Fermer nos yeux

aux nécessiteux.

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 9.10. 2018

Quand le Seigneur touche quelqu’un et que celui-ci est poussé à se mettre à genoux, il devient intime avec Christ. Il entre dans un lieu de repos et commence à travailler pour Christ avec une passion nouvelle et un amour plus grand.

Ce serviteur devient aussi plus conscient de l’imminence du Jour du Jugement quand il sait que Dieu va lui poser cette grande question : « Comment as-tu reflété Christ au milieu de ce monde perdu ? »

C’est le seul critère selon lequel nous allons être jugés ce jour-là. Peu importe si nous avons passé du temps seul avec Dieu comme Moïse, reçu de grandes révélations comme Daniel, été sanctifié comme Paul ou prêché avec assurance comme Pierre. Tout le monde sera jugé selon ce simple critère : comment ta vie a-t-elle exprimé qui est Jésus et à quoi Il ressemble ?

Une des dernières paroles prononcées par Jésus à l’intention de Ses disciples avant Sa crucifixion se trouve dans le chapitre 25 de l’évangile de Matthieu. Les paroles de Christ leur ont donné une nouvelle attitude d’amour et de préoccupation pour les pauvres. Ce même message m’a poussé à changer ma vie et mon ministère. Voilà ce passage de l’Écriture :

« Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi » (Matthieu 25:34-36).

Bien sûr, personne ne peut être sauvé par ses œuvres, mais nous serons jugés selon ces critères : avons-nous vécu pour nous-mêmes et fermé les yeux aux besoins des pauvres et des désespérés. Le Seigneur n’attend pas de toi que tu fasses tout, mais Il s’attend à ce que tu t’engages personnellement dans au moins un domaine de ces besoins. Quand tu as le désir d’obéir à Ses commandements, le Saint-Esprit te montre le chemin.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Trouver notre vie en Dieu- Gary Wilkerson

Matthieu 6.33.jpg

Trouver notre vie

en Dieu

Par Gary Wilkerson

Le 8.10. 2018

Nous entendons beaucoup parler de la faveur de Dieu, ces derniers temps, ce qui est une bonne chose. Sans la faveur de Dieu, nous ne pourrions ni respirer, ni tenir debout, ni trouver la vraie vie. Notre Dieu aimant et compatissant cherche à nous bénir avec son incroyable faveur.

Malheureusement, aujourd’hui, certaines déforment l’enseignement au sujet de la faveur de Dieu. Ils l’utilisent comme un moyen de gagner des bénédictions matérielles, physiques et émotionnelles de la part de Dieu. C’est tragique parce que cela réduit le Seigneur à une autre commodité américaine. Ils te disent d’assister à quelques réunions par ici, de semer quelques graines financières par ici, de proclamer la puissance de ta langue pour confesser ce dont tu rêves et hop – bingo ! – tu reçois Sa faveur.

Mais ce n’est pas ainsi que Dieu fonctionne. Il se soucie bien davantage de nous que cela. Si nous obtenons tout ce dont nous rêvons, ce n’est pas de la faveur, c’est de la convoitise. La véritable faveur ne se trouve pas dans la bénédiction en elle-même, elle se trouve dans Celui qui opère la bénédiction – notre Père céleste aimant. La faim qui réside dans le cœur de chaque être humain, c’est de le chercher Lui, pas les choses. Nous sommes faits pour trouver notre vie en Lui.

Dieu est jaloux, d’une façon juste. Il ne permettra pas qu’on L’utilise comme un moyen de combler nos convoitises et d’obtenir un gain personnel. Il détruira toues les idoles que nous établissons dans notre cœur pour qu’Il puisse être Lui-seul notre plus grand désir.

Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas vouloir voir les bénédictions de Dieu se déverser dans notre vie. Dans Sa grâce et Sa bonté, notre Père se réjouit de donner de bonnes choses à Ses enfants. Certains responsables ont déformé les doctrines bibliques dans le mouvement de prospérité, mais cela ne veut pas dire que l’idée de la faveur de Dieu doit être rejetée. Au contraire, elle devrait être restaurée !

Dieu aime nous bénir parce qu’Il est incroyablement bon. Je t’encourage à Le chercher en premier et à regarder comment Il déverse Sa faveur sur toi. « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Matthieu 6:33).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Les péchés que Dieu a choisi d’oublier -Nicky Cruz

Philippiens 3.13-14

Les péchés que Dieu

a choisi d’oublier

Par Nicky Cruz

October 6, 2018

Satan vit dans le passé. Il est le prince de ce qui a été, le roi du regret et de la culpabilité. Il vit pour nous garder dans ces choses, nous rappeler ce que nous avons fait et à quel point nous avons été horribles. Son esprit est consumé par des pensées de victoires passées, de moments où il nous a poussés à pécher, à trébucher ou à tomber  à cause de ses mensonges. Parce que dans son cœur, il sait que le passé est tout ce qu’il a.

Quand nous sommes sauvés, Satan perd son emprise sur nous et son seul espoir est de nous faire croire que nous sommes encore captifs. Il ne peut plus avoir notre âme, mais il peut nous rendre misérables et inefficaces en tant qu’enfants de Dieu.

Ne le laisse pas faire. Ne le laisse pas remplir ton esprit de doutes et de confusion, avec des souvenirs des péchés passés – des péchés que Dieu a choisi d’oublier. Des péchés que nous avons besoin d’oublier pour pouvoir réellement aller de l’avant.

Il n’est pas suffisant d’accepter Jésus et de lui demander Son pardon. Nous devons aussi rejeter qui nous étions et embrasser entièrement le jour nouveau – le jour de notre salut. Le jour où notre cœur, nos pensées et nos âmes sont renouvelés.

Il est important de noter qu’il existe une grande différence entre la foule qui suit Jésus et ces quelques disciples qui vivent chaque jour avec une passion dévorante pour Jésus ! Ils ont fait davantage qu’accepter le salut. Ils ont embrassé un futur totalement nouveau. Ils ont choisi de s’oublier eux-mêmes et de regarder vers l’avant.

“Frères, je ne pense pas l’avoir saisi ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ” (Philippiens 3:13-14).

Ne laisse pas Satan remplir tes pensées de doute et de confusion, avec des souvenirs de tes péchés passés – des péchés que Dieu a choisi d’oublier. Il te donne un cœur nouveau, un cœur qui n’a pas de passé, mais uniquement un avenir brillant et glorieux.

Nicky Cruz, évangéliste et auteur internationalement connu, s’est tourné vers Jésus Christ en se détournant d’une vie de violence et de crimes, après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L’histoire de sa conversion a d’abord été rapportée dans le livre La croix et le Poignard de David Wilkerson puis, plus tard, dans son propre best-seller, Du ghetto à la vie.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Tu es un message vivant à la vue de tous – David Wilkerson

2 Corinthiens 4.2.jpg

Tu es un message vivant

à la vue de tous.

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 5.10. 2018

“Nous ne perdons pas courage… Mais, en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d’homme devant Dieu” (2 Corinthiens 4:1-2). L’apôtre Paul déclare que nous sommes appelés à être une manifestation de la vérité. Bien sûr, nous connaissons Jésus dans cette vérité. Donc, que veut dire Paul quand il dit que nous devons publier Jésus ?

Une publication rend les choses claires et compréhensibles. Donc, pour faire court, Paul dit que nous sommes appelés à faire connaître Jésus et à le faire comprendre à tous. Donc dans chacune de nos vies, il doit y avoir une lumière de la même nature que Christ.

Paul pousse ce concept de manifester Christ encore plus loin. Il dit que nous sommes des lettres de Dieu pour le monde : “C’est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue de tous les hommes… écrite, par notre ministère, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs” (2 Corinthiens 3:2-3).

L’esprit charnel ne peut pas comprendre les choses spirituelles. Il les considère comme folles. Alors, Dieu a choisi de faire connaître Son Fils aux pécheurs d’une manière plus efficace : en le révélant dans des lettres de chair et de sang, par des messages vivants qui peuvent être lus par tous. Cela ne peut se faire que par l’œuvre de l’Esprit. Au moment où nous sommes sauvés, le Saint-Esprit imprime en nous l’image de Jésus et Il continue à former cette image en nous. La mission de l’Esprit est de former en nous une image de Christ qui soit tellement vraie et précise qu’elle transperce la conscience des gens.

Le Saint-Esprit accomplit ces choses en s’emparant de nos cœurs rachetés et de nos corps que nous Lui abandonnons, et en nous attirant constamment dans la présence de Jésus. Ensuite, nous sommes contraints à vivre dans la sainteté.

Quand tu passes plus de temps avec Lui, Son image en toi grandit et ta vie devient une manifestation tellement puissante de Jésus que ceux qui t’entourent sont touchés et émus.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Se sentir vide et impuissant – David Wilkerson

Actes 7. 25.jpg

Se sentir vide et impuissant

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 4.10. 2018

Moïse était possédé par Dieu. Quand il vivait dans la maison de pharaon, il refusait d’être appelé le fils de Pharaon : “aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de L’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération” (Hébreux 11:25-26).

Cela ne fait aucun doute que Dieu a touché la vie de Moïse pendant qu’il était en Égypte. Il savait qu’il était appelé à délivrer Israël. En fait, il pensait que les Israélites le reconnaîtraient comme leur sauveur quand il a tué l’égyptien. Étienne a attesté : “Il… frappa l’Égyptien. Il pensait que ses frères comprendraient que Dieu leur accordait la délivrance par sa main” (Actes 7:24-25).

Au lieu de cela, Moïse a dû fuir l’Égypte à cause de cet acte. Au moment où il est parti, il s’était totalement livré à Dieu, même s’il ne savait pas du tout qu’il allait passer quarante ans cachés dans le désert.

Que représentent ces quarante ans dans la vie de Moïse ? C’est une période que de nombreux serviteurs possédés par Dieu affrontent. Tu es peut-être l’un d’eux, avec l’impression d’être coincé dans un endroit qui est bien en-dessous de tes capacités. Moïse était un serviteur de ce genre-là. Il avait reçu un appel puissant sur sa vie et rêvait d’accomplir de grandes choses pour Dieu, pourtant, il se trouvait dans un désert avec aucun avenir visible.

Alors que Moïse était convaincu qu’il n’avait aucune voix à faire entendre ni aucun message, Dieu œuvrait derrière la scène. Un jour, Il a mis le feu à un buisson et a parlé depuis ce buisson : “Ôte tes chaussures, Moïse. Tu es sur une terre sainte ! Maintenant, tu vas voir de grandes choses dans ton service envers Moi.”

Ce buisson ardent était le feu du Saint-Esprit qui agissait au travers d’un objet naturel. De la même façon, aujourd’hui, Dieu veut te révéler plus de Lui-même pour que d’autres autour de toi puissent réaliser : “Cette personne a été avec Jésus.” Quand tu le cherches avec une intensité renouvelée, tu es transformé en un homme nouveau, une femme nouvelle. Tout comme c’était le cas pour Moïse, tes jours les meilleurs sont encore devant toi.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Pouvons nous être avec Christ tout en étant séparé de son corps? – David Wilkerson

1 Corinthiens 12.27.jpg

Pouvons nous être avec Christ

tout en étant séparé de son corps?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 3.10. 2018

L’apôtre Paul nous instruit : “Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part” (1 Corinthiens 12:27). Dans un autre passage, il dit de façon plus spécifique : “Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps… ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il de Christ” (12:12).

Paul nous dit, en substance : “Regarde ton propre corps. Tu as des mains, des pieds, des yeux, des oreilles. Tu n’es pas juste un cerveau, séparé des autres membres.” C’est la même chose avec Christ. Il n’est pas simplement une tête. Il a un corps et nous formons Ses membres. Nous sommes connectés à Jésus, notre tête, mais nous sommes aussi connectés les uns aux autres.

Paul insiste en disant : “Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps de Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain” (1 Corinthiens 10:16-17). Pour dire les choses simplement, nous sommes tous nourris par la même nourriture : Christ, la manne venue du Ciel. “car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde” (6:33).

Certains chrétiens ne désirent pas être connectés aux autres membres du corps. Ils communient avec Jésus mais s’isolent délibérément des autres croyants. Mais un corps ne peut pas se résumer à un seul membre et le corps de Christ ne se résume pas à une tête. Nous ne pouvons tout simplement pas être un avec Christ sans être un avec Son corps.

Les croyants sont liés ensemble non seulement par le besoin de Jésus, mais par le besoin qu’ils ont les uns des autres. Paul déclare : “L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous” (1 Corinthiens 12:21).

Notre tête dit que nous sommes tous importants, même nécessaires, au fonctionnement de Son corps. C’est tout particulièrement vrai des membres qui sont blessés et qui souffrent. Le Seigneur Lui-même dit : “J’ai besoin de toi. Tu es un membre vital de Mon corps et tu es absolument nécessaire à son fonctionnement.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Les fardeaux donnés par Dieu – David Wilkerson

Luc 16.12.jpg

Les fardeaux

donnés par Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 2.10. 2018

As-tu été mis au défi d’avancer dans une nouvelle direction qui demande une foi surnaturelle ? As-tu besoin que Dieu accomplisse un miracle dans ta vie pour que tu puisses réaliser ton rêve ?

Aux yeux de Dieu, la vraie foi n’a rien à voir avec la taille de l’œuvre que tu projettes d’accomplir. Elle a plutôt à voir avec le centre et la direction de ta vie. Tu vois, Dieu ne se préoccupe pas tant de ta grande vision que de la personne que tu es en train de devenir. En fait, aucune œuvre, peu importe à quel point elle est grande, n’a de valeur aux yeux du Seigneur, à moins que les choses moins impressionnantes, les choses cachées de la foi ne soient faites.

“Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ?” (Luc 16:12). Jésus dit à Ses disciples : “Vous dites que vous voulez une révélation, quelque chose qui vous permette de faire de grandes choses. Mais comment pourrait-on te faire confiance pour ce genre de foi si tu n’es pas fiable avec les choses que d’autres t’ont données ?”

Les paroles de Jésus ont dû laisser les disciples perplexes. Le Maître savait qu’ils ne possédaient rien et qu’ils avaient tout abandonné pour devenir Ses disciples. Alors, que veut dire Jésus quand il parle de “ce qui est à autrui” ? Il parle de nos corps et de nos âmes, qu’Il a rachetés par Son sang. “Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu” (1 Corinthiens 6:20).

Jésus nous dit : Ton corps ne t’appartient plus et, si tu ne prends pas soin de ce corps – si tu ne me permets pas de regarder à l’intérieur de toi, de M’occuper de ton péché et de te sanctifier – comment peux-tu espérer que Je te confie des choses plus grandes ? Je veux que tu regardes en arrière et que tu considères ce que tu as fait des choses que je t’ai déjà données.”

Je remercie Dieu pour les visions qui viennent du Ciel et les fardeaux donnés par Dieu. Mais de nombreux croyants qui ont été chargés de ces fardeaux ne réalisent pas que, avant qu’un rêve puisse s’accomplir, Dieu nous fait d’abord vivre des années de dépouillements et de brisements. Jésus attend de nous que nous amenions simplement notre foi et Il apportera une véritable vision.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

 

Convaincu – Gary Wilkerson

Romains 8.38-39

Convaincu

Par Gary Wilkerson

Le 1.10. 2018

“Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 8:38-39). La version anglaise traduit “j’ai l’assurance” par “je suis convaincu.”

Paul nous donne-là un mot très utile après lequel s’accrocher : “convaincu.” C’est la clé pour être libéré de tout doute au sujet des faveurs de Dieu envers nous.

Même quand nous avons quelques doutes persistants, la grâce de Dieu coule librement pour nous guérir. C’est arrivé pour le disciple Thomas, qui doutait de ce que ses amis lui disaient lorsqu’ils affirmaient que Jésus était en vie. Thomas représente de nombreux chrétiens d’aujourd’hui. Ils ont cru en Jésus et se sont réjouis de voir Dieu transformer des vies. Mais une épreuve est survenue, qui a duré plusieurs années.

Ces chrétiens vont encore à l’église et écoutent les messages sur la bonté de Dieu. Mais quelque chose est mort en eux et ils ne peuvent le ressusciter. La déception persistante au sujet de leurs longs et lamentables revers les a trop abattus.

Est-ce que c’est ton cas ? Jésus veut venir vers toi tout comme Il l’a fait pour Thomas. Il veut te montrer Ses cicatrices, résultant de la pire épreuve qui soit. Il veut que la puissance de Sa résurrection te ramène à la vie d’une façon qui te serait impossible. Il vient pour te convaincre de Sa Parole éternelle – pour démontrer à travers Sa résurrection que rien ne pourra jamais t’écarter du but de Son royaume. “ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur” (8:39).

Grâce à la miséricorde pleine d’amour de Jésus, Thomas a cru à nouveau et il est devenu l’un des disciples qui a eu le plus d’impact. Jésus n’a rien refusé à Thomas quand Son ami a eu besoin de croire à nouveau. Jésus t’appelle aussi Son ami et Il fera tout ce qu’il faut pour te garder dans Son amour. Il t’apporte une vie de résurrection au milieu de ton épreuve et, comme Thomas, tu verras à nouveau Sa gloire et tu en seras émerveillé.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Le cri silencieux d’un coeur brisé – David Wilkerson

Psaume 56.3-4.jpg

Le cri silencieux

d’un coeur brisé

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 28.09 2018

Le psaume 56 est destiné à ceux qui ont été blessés – que ce soit par la famille, les amis ou par les paroles et les actions de ceux qui ne connaissent pas Dieu. C’est une parole pour ceux qui aiment le Seigneur, mais qui répandent des larmes et qui portent des fardeaux qui semblent de plus en plus lourds.

Certains croyants se réveillent chaque jour sous un nuage de peur et de désespoir. Ils se sentent peut-être écrasés et effrayés à cause de problèmes financiers. D’autres font face à des luttes dans leur santé et à une souffrance indicible, tandis que d’autres pleurent pour des membres de leur famille qui ont de graves soucis et qui sont peut-être en rébellion contre le Seigneur.

Écoute la Parole bénie de Dieu qui est pour toi, dans ton besoin :

* Psaume 56:3 : « Quand je suis dans la crainte, en toi je me confie ».
* Psaume 56:4 : « Je me glorifierai en Dieu, en sa parole ; Je me confie
en Dieu, je ne crains rien : que peuvent me faire des hommes ? »
* Psaume 56:8 : « Tu comptes les pas de ma vie errante ; Recueille mes larmes
dans ton outre : ne sont-elles pas inscrites dans ton livre ? »
* Psaume 56:9 : « Mes ennemis reculent, au jour où je crie:
Je sais que Dieu est pour moi ».
* Psaume  56:13 : « Car tu as délivré mon âme de la mort, Tu as garanti mes pieds
de la chute, afin que je marche devant Dieu, à la lumière des vivants ».

Voici des paroles ointes par l’Esprit de Dieu. Le Seigneur sait tout de tes luttes et de ta souffrance. Il connaît chaque détail de ta situation et Il entend même les cris non formulés de ton cœur brisé.

Retiens bien ces paroles qui nous ont été données : “Quand je suis dans la crainte, en Toi je me confie.” Tes cris et tes prières ont été entendues par le Seigneur et, en cet instant même, Il a commencé une œuvre secrète, à l’abri des regards, de délivrance. Jusqu’à ce que tu puisses voir cette réponse, Il t’accordera force et miséricorde.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

L’instigation du diable – David Wilkerson

Luc 22.31-32.jpg

L’instigation du diable

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 27.09 2018

Tu connais certainement l’histoire de Job, dans l’Ancien Testament. Si c’est le cas, tu te souviens que Satan n’a pas pu toucher ce serviteur de Dieu sans obtenir d’abord la permission de la part de Dieu. Le Seigneur a dit au diable qu’il pouvait toucher au corps de Job, qu’il pouvait lui faire traverser des épreuves terribles, mais qu’il ne pouvait pas le tuer.

Mais réalises-tu que le diable a également demandé la permission d’’éprouver la loyauté de Pierre ? Satan savait que le royaume de Jésus était sur le point d’arriver. Après avoir possédé Judas, il a décidé de s’en prendre à un autre disciple. Je crois qu’il a fait sentir sa présence à la table de la Pâque : “Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation : lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand ?” (Luc 22:24).

Les disciples venaient d’avoir un moment de communion intime avec le Seigneur, qui leur avait dit qu’Il allait mourir, mais apparemment, ils n’avaient rien compris de ce qu’Il avait dit. Ils ont plutôt commencé à se disputer pour savoir qui serait le chef quand Il serait parti.

Satan était excité en prenant la mesure des disciples les uns après les autres, en se demandant : “Qui sera le prochain, après Judas ? Nathanaël ? Jean ? Ah, voilà Pierre ! Jésus l’appelle “le roc.” En fait, Christ a dit qu’Il allait construire Son église sur la proclamation de Pierre qu’Il est le messie. Oui, j’ai choisi : ce sera Pierre.”

Satan a fait pression pour faire de Pierre une cible. “Jésus, Tu as dit que Tu construirais Ton église sur le témoignage de cet homme. Eh bien, si Tu es si certain que Pierre est un roc, laisse-moi le cribler un peu. Je Te le dis, Pierre va s’effondrer, tout comme Judas l’a fait.”

Le crible est évidemment un processus de purification, qui sépare ce qui est mauvais et sans utilité de ce qui est bon et porteur de fruit. Je crois que Satan a pensé que la foi de Pierre tomberait pendant qu’il serait ainsi secoué. Mais Jésus a promis à Pierre : “Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point” (Luc 22:32). Jésus lui assurait : “Même si tu connaîtras de sérieux échecs, Je te dis que, à la fin, ta foi ne faillira pas.”

Bien-aimé, n’ai pas peur de l’épreuve que tu traverses. Jésus en connaît l’issue et Il te dit : “Tiens bon. J’ai un plan éternel derrière le crible. Tout cela est pour ma gloire.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Ils ont été avec Jesus! – David Wilkerson

Actes 3.6

Ils ont été avec Jesus!

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 26.09. 2018

Peu de temps après la résurrection de Jésus, Pierre et Jean ont rencontré un mendiant infirme juste à l’extérieur de la porte du temple, où ils se rendaient pour adorer. Cet homme était porté jusqu’à la porte quotidiennement pour gagner sa vie en mendiant. Il a demandé l’aumône à Pierre et Jean. Pierre a répondu : “Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche” (Actes 3:6). L’homme a été instantanément guéri et il était tellement heureux qu’il a commencé à courir dans le temple en sautant et en criant : “Jésus m’a guéri !”

Les gens ont reconnu l’infirme et une foule s’est rassemblée, émerveillée. Pierre et Jean ont pris avantage de la situation et ont commencé à prêcher la repentance avec assurance, ce qui a débouché sur le salut de milliers de personnes (voir Actes 4:4). Quand les chefs de la synagogue ont vu ce qui s’était passé, ils ont été outragés et ont jeté les hommes en prison. Ensuite, ils ont voulu savoir : “Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela ?” (4:7). Bien sûr, ils savaient exactement quel nom ils prêchaient, mais ils s’aveuglaient volontairement.

Pierre a été rempli d’assurance par le Saint-Esprit et il a répondu aux responsables : “C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts… il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés” (4:10,12). Les responsables ont été surpris et “étonnés… et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus” (4:13).

Qu’elle était la marque qui distinguait Pierre et Jean des autres ? C’était la présence de Jésus ! Ces chefs de la synagogue ont réalisé : “Nous avons crucifié Jésus, pourtant, il parle encore aujourd’hui à travers ces deux hommes.” A ce moment-là, Pierre et Jean obéissait au commandement de Jésus de témoigner de Lui “à Jérusalem” (Actes 1:8). De la même façon, je crois que le témoignage puissant de Dieu, dans ces derniers jours, ne viendra pas uniquement à travers la prédication. Il viendra d’hommes et de femmes qui “ont été avec Jésus” en s’enfermant avec Lui et en Le cherchant de tout leur cœur et de toute leur âme.

Quelle plus grande preuve de l’existence de Dieu peut-il y avoir que des vies transformées par la puissance surnaturelle de Christ ? Qu’il puisse être dit à ton sujet : “Cet homme, cette femme, a été avec Jésus !”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :