Arrêter le diable à la porte de ton cœur -David Wilkerson

2 Timothée 2.26
Arrêter le diable à la porte de ton cœur
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 24.10. 2018

Une des plus grandes tragédies de l’Église de cette génération, et une des plus grandes peines de Dieu, c’est que tant de chrétiens ne sont pas réellement heureux. Ils affichent une façade : ils chantent, tapent des mains, sourient et louent. Mais, juste sous la surface se cachent de la solitude et une profonde misère.

Ces chrétiens sont chauds, puis soudain froids. Ils ne peuvent pas gérer la peur et la dépression les balaie comme un rouleau compresseur. Une semaine, ils sont au sommet de la vague, la semaine suivante, ils sont dans le creux. Souvent, leur mariage suit ce même schéma. Un jour, tout va bien entre le mari et la femme et le jour suivant, ils se sont malheureux. Certains jours, ils ne peuvent même pas se parler. Ils expliquent : “Eh bien, c’est comme ça le mariage. Tu ne peux pas t’attendre à être heureux et amoureux tout le temps.”

Ces chrétiens pris dans ces cycles montants et descendants devraient faire attention aux paroles adressées par Paul à Timothée. Il encourage le jeune homme à aider les autres à revenir dans leur bon sens et “ils se dégageront des pièges du diable, qui s’est emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté” (2 Timothée 2:26). Cela décrit parfaitement de nombreux chrétiens : ils donnent accès au diable et Satan entre et sort dans leur vie à volonté. Ils n’ont aucune autorité pour arrêter le diable à la porte de leur cœur et il fait étalage de son emprise sur eux. “Tu n’as en toi aucune puissance de Christ pour m’arrêter. Tu es mon prisonnier et je ferai ce que je veux.”

Ce manque de victoire en Christ est effroyable ! Jésus n’est pas mort pour que tu continues à vivre sous la puissance de Satan, alors que tu Lui a donné ton cœur. Fais attention à ne pas être pris dans ce piège. Affermis plutôt ton cœur pour marcher avec Dieu et t’emparer de Ses promesses. Décide de Le chercher de toute ta force et Il remplira ton cœur avec une joie véritable et durable.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Au-delà de tout ce qui a été vu dans le passé – David Wilkerson

2 Rois 2 .12-13.jpg

Au-delà de tout ce qui a été

vu dans le passé

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 23.10. 2018

Quand le vieux prophète Elie est arrivé à ses derniers jours sur Terre, il a invité son serviteur Elisée à l’accompagner pour visiter les villes de Béthel et Jéricho. Lors de ce voyage qui avait un but d’enseignement, ils sont arrivés sur la rive du Jourdain où Elie a ôté son manteau – un vêtement large et ample – et a frappé l’eau avec. Les eaux se sont alors séparées en deux et les deux hommes ont pu traverser à sec (voir 2 Rois 2:8).

Sur l’autre rive du fleuve, Elie s’est tourné vers son serviteur et lui a dit : “Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi” (2 Rois 2:9). Sans hésitation, l’homme plus jeune a répondu : “Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit !” (même verset).

Elie a paru surpris de la réponse d’Elisée : “Tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d’avec toi, cela t’arrivera ainsi ; sinon, cela n’arrivera pas” (2:10). Elie disait : “Si tu me vois pendant que le Seigneur me prend, ton désir sera satisfait, mais si tu ne vois rien, tu rentreras à la maison déçu.”

Pendant qu’ils marchaient, un char est soudain apparu, venant du ciel. En un éclair, Elie a été enlevé. Elisée a assisté à toute la scène et il a crié : “Mon père ! mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie !” (2:12). Elie était parti mais son manteau est tombé à terre. Elisée l’a ramassé et l’a mis sur son dos. Ensuite, il est retourné au Jourdain et a accompli la même chose que son maître : il a frappé l’eau avec le manteau et, immédiatement, la rivière s’est séparée en deux, lui permettant de traverser à sec. C’est ainsi qu’a commencé le ministère remarquable de ce jeune prophète.

Que peut nous enseigner ce passage aujourd’hui ? Je crois que Dieu veut faire des choses de plus en plus grandes à chaque génération. Il veut accomplir des miracles et donner Son Esprit pour son peuple au-delà de tout ce qui a été vu dans le passé. Il désire que nous préparions nos cœurs et que nous puissions voir le Seigneur accomplir une chose nouvelle dans ces derniers temps.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Christ désire ardemment notre communion avec lui – David Wilkerson

Jésus désire avoir un temps.jpg

Christ désire ardemment

notre communion avec lui

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 19.10. 2018

Alors qu’Il se rendait en Galilée, Jésus s’est arrêté près d’un puits en Samarie pour se reposer. Quand Ses disciples se sont éloignés pour acheter de la nourriture, une samaritaine est venu au puits pour tirer de l’eau et Jésus lui a adressé une simple requête : “Donne-moi à boire” (Jean 4:7).

Ces quelques mots ont démarré une longue conversation et, pendant qu’ils parlaient, elle a été très étonnée des choses qu’Il lui disait. Finalement, elle a dit : “Je sais que le Messie doit venir celui qu’on appelle Christ ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle” (Jean 4:25-26).

Les disciples sont revenus et ont été surpris de voir le Maître si absorbé par sa conversation avec cette Samaritaine. Ils ont commencé à préparer le repas et, quand il a été prêt, la femme s’est dépêchée de retourner en ville. Ils ont dit : “Rabbi, mange” (4:31) et Jésus leur a répondu cette phrase surprenante : “J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas” (4:32).

Jésus leur disait qu’Il s’était nourri d’une nourriture qui ne vient pas de ce monde et qu’Il était rassasié. Il a expliqué : “Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre” (4:34). De la même façon, nous devons accomplir l’œuvre du royaume de Dieu en témoignant et en gagnant des âmes. Jésus a accompli cette œuvre avec la Samaritaine, puisque la Bible nous dit qu’elle a cru qu’Il était le Messie. Elle a dit à ses amis : “Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; ne serait-ce point le Christ ?” (4:29).

Le besoin de communion de Christ était satisfait pendant qu’Il parlait à cette femme. Jésus a dit : “Tout ce que J’avais demandé, c’était un peu d’eau, mais elle M’a donné un cœur honnête et en recherche. Ce genre de communion est une nourriture pour moi.”

Jésus désire avoir un temps de qualité avec toi, chaque jour. Chaque fois que tu t’attends à Lui, Il promet de te parler, alors attends dans Sa présence jusqu’à ce que tu entendes Sa voix te dévoiler Son cœur.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Es-tu coupable d’ignorer Dieu? – David Wilkerson

Jean 14.20-21.jpg

Es-tu coupable

d’ignorer Dieu?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 18.10. 2018

Tous les chrétiens savent que Dieu ne réside pas dans des bâtiments ou des temples faits de mains d’hommes. Notre Seigneur a choisi de vivre dans des vases humains – c’est-à-dire, dans le cœur et le corps des membres de Son peuple. Chaque croyant peut se vanter avec assurance en disant : “Dieu vit en moi.” Bien-sûr, le Seigneur est partout, mais d’après Sa parole, un cœur lavé par le sang de Jésus est son lieu de résidence permanent.

Quand Dieu commence-t-Il à résider en nous ? Quand nous donnons notre cœur à Jésus pour la première fois. A ce moment, la présence de Christ remplit notre être. Il atteste : “Je suis en mon Père,… vous êtes en moi, et… je suis en vous… Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui” (Jean 14:20,23).

Te souviens-tu du jour où tu as été sauvé ? Te souviens-tu de ce que tu as ressenti et expérimenté – des promesses que tu as faites à Jésus, de rejeter tous les autres et de Le suivre ? Jésus avait vu ces choses se produire il y a bien longtemps dans l’éternité – et Il se réjouissait en toi. Il savait que tu allais Le recevoir, avant même que tu ne sois formé dans le ventre de ta mère.

“Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât” (Psaumes 139:16).

Avant que tu ne sois une semence, Dieu savait tout de toi et Son Fils, Jésus, se réjouissait de savoir que tu grandirais pour devenir son lieu d’habitation. Il se réjouissait à l’idée de te dévoiler Sa Parole : “mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père” (Jean 15:15).

Est-ce que tu es à la hauteur de Ses attentes quand Il espérait vivre toute la vie avec toi ? Est-ce que ton intimité avec Lui croît ou es-tu coupable de L’ignorer ? Dieu se languit de toi et Il a des plans pour toi. Laisse le Seigneur faire de ce jour un nouveau commencement pour toi.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Pourquoi Jonas s’est-il enfui?- David Wilkerson

Proverbes 3.7.jpg

Pourquoi Jonas

s’est-il enfui?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 16.10. 2018

“La parole de l’Éternel fut adressée à Jonas… en ces mots : lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! Car sa méchanceté est montée jusqu’à moi. Et Jonas se leva pour s’enfuir à Tarsis” (Jonas 1:1-3).

Nous connaissons l’histoire de Jonas, l’homme qui a essayé de s’enfuir quand le Seigneur l’a envoyé annoncer le jugement de la ville de Ninive. Mais, au lieu de prévenir Ninive, Jonas s’est enfuit. Cette histoire a été validée par Christ Lui-même : “Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre” (Matthieu 12:40). En d’autres termes, l’histoire de Jonas est aussi certaine que la mort et la résurrection de Christ.

Pourquoi Jonas a-t-il refusé d’obéir à la parole claire de Dieu et s’est-il enfui ? De toute évidence, Jonas avait reçu un don de Dieu et avait été choisi par Dieu, pourtant, il s’est enfui loin de la présence de Dieu, coupant toute communion avec Lui. Pendant qu’il fuyait, il entendait la voix du Saint-Esprit résonner dans ses oreilles à chaque pas, tout le long du chemin.

Jonas a reçu une puissante révélation de la grâce et de la miséricorde de Dieu : “Car je savais que tu es un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté” (4:2). Bien-sûr, Dieu est tel que Jonas l’a décrit, mais la Bible parle aussi de la nature sainte et juste de Dieu. “La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive” (Romains 1:18).

Je crois que Jonas a désobéi parce qu’il a pensé : “Seigneur, à chaque fois que Tu prononces un jugement, Tu te laisses gagner par la miséricorde. Je sais que Tu ne vas pas juger Ninive, parce que dès que je vais prophétiser, ils vont se repentir et Tu pourras déverser Ta grâce sur eux.” Il ne comprenait pas la crainte de Dieu, ni Sa nature sainte et juste.

Tous les croyants devraient s’emparer d’une révélation de la crainte de Dieu telle qu’elle est révélée dans Sa Parole. “Ne sois point sage à tes propres yeux, Crains l’Éternel, et détourne-toi du mal” (Proverbes 3:7). La crainte de Dieu est tout aussi dispensatrice de vie que Sa miséricorde – “Celui qui craint l’Eternel possède un appui ferme” (14:26) – et nous devons apprendre à équilibrer les deux.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

S’abandonner : rendre à Jesus – David Wilkerson

1 Timothée 1.16

S’abandonner 

rendre à Jesus

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 12.10. 2018

S’abandonner. Littéralement, s’abandonner signifie laisser quelque chose à une autre personne. Cela veut dire aussi renoncer à quelque chose qui nous a été accordé – nos possessions, notre pouvoir, nos buts, même notre vie.

Les chrétiens entendent beaucoup parler d’une vie d’abandon, mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Une vie d’abandon, c’est rendre à Jésus la vie qu’Il nous a accordée. C’est remettre entièrement sa vie entre Ses mains pour qu’Il puisse en faire ce qu’Il veut.

Jésus Lui-même a vécu une vie d’abandon. « car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jean 6:38). Christ n’a jamais rien fait de Lui-même. Il ne faisait aucun geste ni ne prononçait aucun mot sans en avoir reçu l’ordre de Son Père. « je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable » (Jean 8:28-29).

L’abandon complet de Jésus au Père est un exemple de la façon dont nous devons vivre. Tu penses peut-être : « Jésus était Dieu fait chair. Sa vie était abandon avant même qu’Il vienne sur Terre. » Mais la vie d’abandon n’est imposée à personne, pas même à Jésus.

Personne n’est forcé à donner sa vie à Dieu. La vérité, c’est que nous pouvons avoir autant de Christ que nous le voulons. L’apôtre Paul le savait et il a choisi de suivre l’exemple de Jésus et d’offrir entièrement sa vie. C’était un homme qui se déclarait lui-même juste, qui haïssait Jésus et persécutait les chrétiens, il disait qu’il haïssait littéralement les disciples de Christ. C’était un homme instruit, d’une grande volonté et d’une grande ambition, qui était destiné au succès. Pourtant, le Seigneur a pris cet homme qui s’était construit lui-même, qui avait déterminé lui-même ses directions et sa façon de vivre, pour le transformer en un exemple lumineux d’une vie d’abandon. Paul est devenu l’une des personnes les plus dépendantes, les plus remplies et conduites par Dieu de toute l’Histoire.

Paul a déclaré lui-même que sa vie devait servir d’exemple pour tous ceux qui désirent pleinement s’abandonner à Christ : « Mais j’ai obtenu miséricorde, afin que Jésus-Christ fît voir en moi le premier toute sa longanimité, pour que je servisse d’exemple à ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle » (1 Timothée 1:16).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Ecouter la voix du Père – David Wilkerson

Jean 8.28-29.jpg

Ecouter la voix

du Père

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 11.10. 2018

Jésus a vécu Sa vie sur Terre de manière totalement dépendante du Père Céleste. Notre Sauveur n’a rien fait et rien dit sans avoir d’abord consulté Son Père dans la gloire. Et Il n’a accompli aucun miracle sans en avoir reçu l’ordre de Son Père. Il a déclaré : « Mais je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » (Jean 8:28-29).

Christ a dit très clairement qu’avoir une dépendance totale, une écoute permanente de la voix du Père faisaient partie de Sa marche quotidienne. Nous le voyons dans une scène de l’évangile de Jean, où Jésus a vu un infirme allongé près de la piscine de Bethesda. Jésus s’est tourné vers cet homme et lui a ordonné de prendre son lit et de marcher – et, immédiatement, cet homme a été guéri et a pu marcher.

Les responsables juifs étaient en colère parce que, dans leur esprit, Jésus avait brisé le Sabbat en guérissant cet homme. Mais Jésus a répondu : « Je ne fais que ce que Mon père me dit de faire. » Il a expliqué : « le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait » (Jean 5:19-20).

Jésus a dit très clairement : « Mon Père m’enseigne tout ce que je suis censé faire. » Jésus, dans Sa chair, devait s’appuyer sur une œuvre intérieure quotidienne de la voix du Père pour le diriger. Il devait écouter la voix du Père heure après heure, miracle après miracle, un jour après l’autre.

Comment Jésus pouvait-Il entendre le murmure doux et léger de Son Père ? La Bible nous montre que c’était à travers la prière. Encore et encore, Jésus se rendait dans un lieu isolé pour prier. Il a appris à entendre la voix du Père en étant à genoux.

Je t’encourage à passer du temps avec Jésus dans un lieu secret, dans la prière. Assieds-toi tranquillement dans Sa présence et tu recevras une vérité que Christ seul peut te communiquer à travers Son Esprit Saint.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

La foi grandit dans la présence de Dieu -David Wilkerson

Hébreux 11.1-2.jpg

La foi grandit dans la

présence de Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 10.10. 2018

Jésus a posé une question dans Luc 18:8 : « Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Je me suis toujours interrogé devant cette question. Que voulait dire le Seigneur ? Quand je regarde l’Église aujourd’hui, je pense qu’aucune autre génération n’a été plus préoccupée par la foi que la nôtre.

Tout le monde semble parler de foi. Des séminaires et des conférences sur la foi ont lieu dans tout le pays. Des livres sur le sujet s’empilent sur les étagères des librairies chrétiennes. Nous avons des prédicateurs de la foi, des enseignants de la foi, des mouvements de la foi et même des églises de la foi. Pourtant, malheureusement, ce que la plupart des gens considèrent aujourd’hui comme de la foi n’en est pas du tout et Dieu rejette la majorité de ce qui est appelé et pratiqué comme foi. Il ne l’accepte tout simplement pas. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’une foi corrompue.

De nombreux prédicateur humanisent complètement le sujet de la foi, la décrivant comme si elle n’existait que pour obtenir un gain personnel ou répondre à nos besoins. « Si tu peux l’imaginer, tu peux l’avoir. » C’est du matérialisme et cela vient du monde.

Mon message pour ceux qui aiment réellement Jésus et qui désirent vivre par la foi d’une façon qui Lui plaise est celui-ci : toute foi véritable naît d’une intimité avec Christ. En fait, si ta foi ne vient pas d’une telle intimité, ce n’est pas du tout de la foi pour Lui.

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable » (Hébreux 11:1-2).

Plusieurs héros de la foi sont mentionnés dans Hébreux 11 et nous trouvons un dénominateur commun dans leur vie. Chacun avait une relation intime avec le Seigneur. Nous y voyons Abel (11 :4), Hénoch (11:5), Noé (11:7) et Abraham (11:8). Tous ces hommes sont morts dans la foi – le monde n’était tout simplement pas leur maison.

Est-ce que ton cœur soupire après une marche plus près du Seigneur ? Est-ce que tu ressens une insatisfaction grandissante vis-à-vis des choses de ce monde ? Alors, cherche le Seigneur Lui-même ! Passe du temps dans Sa présence et ta foi grandira.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Fermer nos yeux aux nécessiteux – David Wilkerson

Matthieu 25.34.jpg

Fermer nos yeux

aux nécessiteux.

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 9.10. 2018

Quand le Seigneur touche quelqu’un et que celui-ci est poussé à se mettre à genoux, il devient intime avec Christ. Il entre dans un lieu de repos et commence à travailler pour Christ avec une passion nouvelle et un amour plus grand.

Ce serviteur devient aussi plus conscient de l’imminence du Jour du Jugement quand il sait que Dieu va lui poser cette grande question : « Comment as-tu reflété Christ au milieu de ce monde perdu ? »

C’est le seul critère selon lequel nous allons être jugés ce jour-là. Peu importe si nous avons passé du temps seul avec Dieu comme Moïse, reçu de grandes révélations comme Daniel, été sanctifié comme Paul ou prêché avec assurance comme Pierre. Tout le monde sera jugé selon ce simple critère : comment ta vie a-t-elle exprimé qui est Jésus et à quoi Il ressemble ?

Une des dernières paroles prononcées par Jésus à l’intention de Ses disciples avant Sa crucifixion se trouve dans le chapitre 25 de l’évangile de Matthieu. Les paroles de Christ leur ont donné une nouvelle attitude d’amour et de préoccupation pour les pauvres. Ce même message m’a poussé à changer ma vie et mon ministère. Voilà ce passage de l’Écriture :

« Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi » (Matthieu 25:34-36).

Bien sûr, personne ne peut être sauvé par ses œuvres, mais nous serons jugés selon ces critères : avons-nous vécu pour nous-mêmes et fermé les yeux aux besoins des pauvres et des désespérés. Le Seigneur n’attend pas de toi que tu fasses tout, mais Il s’attend à ce que tu t’engages personnellement dans au moins un domaine de ces besoins. Quand tu as le désir d’obéir à Ses commandements, le Saint-Esprit te montre le chemin.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Tu es un message vivant à la vue de tous – David Wilkerson

2 Corinthiens 4.2.jpg

Tu es un message vivant

à la vue de tous.

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 5.10. 2018

“Nous ne perdons pas courage… Mais, en publiant la vérité, nous nous recommandons à toute conscience d’homme devant Dieu” (2 Corinthiens 4:1-2). L’apôtre Paul déclare que nous sommes appelés à être une manifestation de la vérité. Bien sûr, nous connaissons Jésus dans cette vérité. Donc, que veut dire Paul quand il dit que nous devons publier Jésus ?

Une publication rend les choses claires et compréhensibles. Donc, pour faire court, Paul dit que nous sommes appelés à faire connaître Jésus et à le faire comprendre à tous. Donc dans chacune de nos vies, il doit y avoir une lumière de la même nature que Christ.

Paul pousse ce concept de manifester Christ encore plus loin. Il dit que nous sommes des lettres de Dieu pour le monde : “C’est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, connue et lue de tous les hommes… écrite, par notre ministère, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs” (2 Corinthiens 3:2-3).

L’esprit charnel ne peut pas comprendre les choses spirituelles. Il les considère comme folles. Alors, Dieu a choisi de faire connaître Son Fils aux pécheurs d’une manière plus efficace : en le révélant dans des lettres de chair et de sang, par des messages vivants qui peuvent être lus par tous. Cela ne peut se faire que par l’œuvre de l’Esprit. Au moment où nous sommes sauvés, le Saint-Esprit imprime en nous l’image de Jésus et Il continue à former cette image en nous. La mission de l’Esprit est de former en nous une image de Christ qui soit tellement vraie et précise qu’elle transperce la conscience des gens.

Le Saint-Esprit accomplit ces choses en s’emparant de nos cœurs rachetés et de nos corps que nous Lui abandonnons, et en nous attirant constamment dans la présence de Jésus. Ensuite, nous sommes contraints à vivre dans la sainteté.

Quand tu passes plus de temps avec Lui, Son image en toi grandit et ta vie devient une manifestation tellement puissante de Jésus que ceux qui t’entourent sont touchés et émus.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Se sentir vide et impuissant – David Wilkerson

Actes 7. 25.jpg

Se sentir vide et impuissant

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 4.10. 2018

Moïse était possédé par Dieu. Quand il vivait dans la maison de pharaon, il refusait d’être appelé le fils de Pharaon : “aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de L’Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération” (Hébreux 11:25-26).

Cela ne fait aucun doute que Dieu a touché la vie de Moïse pendant qu’il était en Égypte. Il savait qu’il était appelé à délivrer Israël. En fait, il pensait que les Israélites le reconnaîtraient comme leur sauveur quand il a tué l’égyptien. Étienne a attesté : “Il… frappa l’Égyptien. Il pensait que ses frères comprendraient que Dieu leur accordait la délivrance par sa main” (Actes 7:24-25).

Au lieu de cela, Moïse a dû fuir l’Égypte à cause de cet acte. Au moment où il est parti, il s’était totalement livré à Dieu, même s’il ne savait pas du tout qu’il allait passer quarante ans cachés dans le désert.

Que représentent ces quarante ans dans la vie de Moïse ? C’est une période que de nombreux serviteurs possédés par Dieu affrontent. Tu es peut-être l’un d’eux, avec l’impression d’être coincé dans un endroit qui est bien en-dessous de tes capacités. Moïse était un serviteur de ce genre-là. Il avait reçu un appel puissant sur sa vie et rêvait d’accomplir de grandes choses pour Dieu, pourtant, il se trouvait dans un désert avec aucun avenir visible.

Alors que Moïse était convaincu qu’il n’avait aucune voix à faire entendre ni aucun message, Dieu œuvrait derrière la scène. Un jour, Il a mis le feu à un buisson et a parlé depuis ce buisson : “Ôte tes chaussures, Moïse. Tu es sur une terre sainte ! Maintenant, tu vas voir de grandes choses dans ton service envers Moi.”

Ce buisson ardent était le feu du Saint-Esprit qui agissait au travers d’un objet naturel. De la même façon, aujourd’hui, Dieu veut te révéler plus de Lui-même pour que d’autres autour de toi puissent réaliser : “Cette personne a été avec Jésus.” Quand tu le cherches avec une intensité renouvelée, tu es transformé en un homme nouveau, une femme nouvelle. Tout comme c’était le cas pour Moïse, tes jours les meilleurs sont encore devant toi.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Pouvons nous être avec Christ tout en étant séparé de son corps? – David Wilkerson

1 Corinthiens 12.27.jpg

Pouvons nous être avec Christ

tout en étant séparé de son corps?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 3.10. 2018

L’apôtre Paul nous instruit : “Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part” (1 Corinthiens 12:27). Dans un autre passage, il dit de façon plus spécifique : “Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps… ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il de Christ” (12:12).

Paul nous dit, en substance : “Regarde ton propre corps. Tu as des mains, des pieds, des yeux, des oreilles. Tu n’es pas juste un cerveau, séparé des autres membres.” C’est la même chose avec Christ. Il n’est pas simplement une tête. Il a un corps et nous formons Ses membres. Nous sommes connectés à Jésus, notre tête, mais nous sommes aussi connectés les uns aux autres.

Paul insiste en disant : “Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps de Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain” (1 Corinthiens 10:16-17). Pour dire les choses simplement, nous sommes tous nourris par la même nourriture : Christ, la manne venue du Ciel. “car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde” (6:33).

Certains chrétiens ne désirent pas être connectés aux autres membres du corps. Ils communient avec Jésus mais s’isolent délibérément des autres croyants. Mais un corps ne peut pas se résumer à un seul membre et le corps de Christ ne se résume pas à une tête. Nous ne pouvons tout simplement pas être un avec Christ sans être un avec Son corps.

Les croyants sont liés ensemble non seulement par le besoin de Jésus, mais par le besoin qu’ils ont les uns des autres. Paul déclare : “L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous” (1 Corinthiens 12:21).

Notre tête dit que nous sommes tous importants, même nécessaires, au fonctionnement de Son corps. C’est tout particulièrement vrai des membres qui sont blessés et qui souffrent. Le Seigneur Lui-même dit : “J’ai besoin de toi. Tu es un membre vital de Mon corps et tu es absolument nécessaire à son fonctionnement.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Les fardeaux donnés par Dieu – David Wilkerson

Luc 16.12.jpg

Les fardeaux

donnés par Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 2.10. 2018

As-tu été mis au défi d’avancer dans une nouvelle direction qui demande une foi surnaturelle ? As-tu besoin que Dieu accomplisse un miracle dans ta vie pour que tu puisses réaliser ton rêve ?

Aux yeux de Dieu, la vraie foi n’a rien à voir avec la taille de l’œuvre que tu projettes d’accomplir. Elle a plutôt à voir avec le centre et la direction de ta vie. Tu vois, Dieu ne se préoccupe pas tant de ta grande vision que de la personne que tu es en train de devenir. En fait, aucune œuvre, peu importe à quel point elle est grande, n’a de valeur aux yeux du Seigneur, à moins que les choses moins impressionnantes, les choses cachées de la foi ne soient faites.

“Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ?” (Luc 16:12). Jésus dit à Ses disciples : “Vous dites que vous voulez une révélation, quelque chose qui vous permette de faire de grandes choses. Mais comment pourrait-on te faire confiance pour ce genre de foi si tu n’es pas fiable avec les choses que d’autres t’ont données ?”

Les paroles de Jésus ont dû laisser les disciples perplexes. Le Maître savait qu’ils ne possédaient rien et qu’ils avaient tout abandonné pour devenir Ses disciples. Alors, que veut dire Jésus quand il parle de “ce qui est à autrui” ? Il parle de nos corps et de nos âmes, qu’Il a rachetés par Son sang. “Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu” (1 Corinthiens 6:20).

Jésus nous dit : Ton corps ne t’appartient plus et, si tu ne prends pas soin de ce corps – si tu ne me permets pas de regarder à l’intérieur de toi, de M’occuper de ton péché et de te sanctifier – comment peux-tu espérer que Je te confie des choses plus grandes ? Je veux que tu regardes en arrière et que tu considères ce que tu as fait des choses que je t’ai déjà données.”

Je remercie Dieu pour les visions qui viennent du Ciel et les fardeaux donnés par Dieu. Mais de nombreux croyants qui ont été chargés de ces fardeaux ne réalisent pas que, avant qu’un rêve puisse s’accomplir, Dieu nous fait d’abord vivre des années de dépouillements et de brisements. Jésus attend de nous que nous amenions simplement notre foi et Il apportera une véritable vision.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

 

Le cri silencieux d’un coeur brisé – David Wilkerson

Psaume 56.3-4.jpg

Le cri silencieux

d’un coeur brisé

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 28.09 2018

Le psaume 56 est destiné à ceux qui ont été blessés – que ce soit par la famille, les amis ou par les paroles et les actions de ceux qui ne connaissent pas Dieu. C’est une parole pour ceux qui aiment le Seigneur, mais qui répandent des larmes et qui portent des fardeaux qui semblent de plus en plus lourds.

Certains croyants se réveillent chaque jour sous un nuage de peur et de désespoir. Ils se sentent peut-être écrasés et effrayés à cause de problèmes financiers. D’autres font face à des luttes dans leur santé et à une souffrance indicible, tandis que d’autres pleurent pour des membres de leur famille qui ont de graves soucis et qui sont peut-être en rébellion contre le Seigneur.

Écoute la Parole bénie de Dieu qui est pour toi, dans ton besoin :

* Psaume 56:3 : « Quand je suis dans la crainte, en toi je me confie ».
* Psaume 56:4 : « Je me glorifierai en Dieu, en sa parole ; Je me confie
en Dieu, je ne crains rien : que peuvent me faire des hommes ? »
* Psaume 56:8 : « Tu comptes les pas de ma vie errante ; Recueille mes larmes
dans ton outre : ne sont-elles pas inscrites dans ton livre ? »
* Psaume 56:9 : « Mes ennemis reculent, au jour où je crie:
Je sais que Dieu est pour moi ».
* Psaume  56:13 : « Car tu as délivré mon âme de la mort, Tu as garanti mes pieds
de la chute, afin que je marche devant Dieu, à la lumière des vivants ».

Voici des paroles ointes par l’Esprit de Dieu. Le Seigneur sait tout de tes luttes et de ta souffrance. Il connaît chaque détail de ta situation et Il entend même les cris non formulés de ton cœur brisé.

Retiens bien ces paroles qui nous ont été données : “Quand je suis dans la crainte, en Toi je me confie.” Tes cris et tes prières ont été entendues par le Seigneur et, en cet instant même, Il a commencé une œuvre secrète, à l’abri des regards, de délivrance. Jusqu’à ce que tu puisses voir cette réponse, Il t’accordera force et miséricorde.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

L’instigation du diable – David Wilkerson

Luc 22.31-32.jpg

L’instigation du diable

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 27.09 2018

Tu connais certainement l’histoire de Job, dans l’Ancien Testament. Si c’est le cas, tu te souviens que Satan n’a pas pu toucher ce serviteur de Dieu sans obtenir d’abord la permission de la part de Dieu. Le Seigneur a dit au diable qu’il pouvait toucher au corps de Job, qu’il pouvait lui faire traverser des épreuves terribles, mais qu’il ne pouvait pas le tuer.

Mais réalises-tu que le diable a également demandé la permission d’’éprouver la loyauté de Pierre ? Satan savait que le royaume de Jésus était sur le point d’arriver. Après avoir possédé Judas, il a décidé de s’en prendre à un autre disciple. Je crois qu’il a fait sentir sa présence à la table de la Pâque : “Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation : lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand ?” (Luc 22:24).

Les disciples venaient d’avoir un moment de communion intime avec le Seigneur, qui leur avait dit qu’Il allait mourir, mais apparemment, ils n’avaient rien compris de ce qu’Il avait dit. Ils ont plutôt commencé à se disputer pour savoir qui serait le chef quand Il serait parti.

Satan était excité en prenant la mesure des disciples les uns après les autres, en se demandant : “Qui sera le prochain, après Judas ? Nathanaël ? Jean ? Ah, voilà Pierre ! Jésus l’appelle “le roc.” En fait, Christ a dit qu’Il allait construire Son église sur la proclamation de Pierre qu’Il est le messie. Oui, j’ai choisi : ce sera Pierre.”

Satan a fait pression pour faire de Pierre une cible. “Jésus, Tu as dit que Tu construirais Ton église sur le témoignage de cet homme. Eh bien, si Tu es si certain que Pierre est un roc, laisse-moi le cribler un peu. Je Te le dis, Pierre va s’effondrer, tout comme Judas l’a fait.”

Le crible est évidemment un processus de purification, qui sépare ce qui est mauvais et sans utilité de ce qui est bon et porteur de fruit. Je crois que Satan a pensé que la foi de Pierre tomberait pendant qu’il serait ainsi secoué. Mais Jésus a promis à Pierre : “Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point” (Luc 22:32). Jésus lui assurait : “Même si tu connaîtras de sérieux échecs, Je te dis que, à la fin, ta foi ne faillira pas.”

Bien-aimé, n’ai pas peur de l’épreuve que tu traverses. Jésus en connaît l’issue et Il te dit : “Tiens bon. J’ai un plan éternel derrière le crible. Tout cela est pour ma gloire.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Ils ont été avec Jesus! – David Wilkerson

Actes 3.6

Ils ont été avec Jesus!

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 26.09. 2018

Peu de temps après la résurrection de Jésus, Pierre et Jean ont rencontré un mendiant infirme juste à l’extérieur de la porte du temple, où ils se rendaient pour adorer. Cet homme était porté jusqu’à la porte quotidiennement pour gagner sa vie en mendiant. Il a demandé l’aumône à Pierre et Jean. Pierre a répondu : “Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche” (Actes 3:6). L’homme a été instantanément guéri et il était tellement heureux qu’il a commencé à courir dans le temple en sautant et en criant : “Jésus m’a guéri !”

Les gens ont reconnu l’infirme et une foule s’est rassemblée, émerveillée. Pierre et Jean ont pris avantage de la situation et ont commencé à prêcher la repentance avec assurance, ce qui a débouché sur le salut de milliers de personnes (voir Actes 4:4). Quand les chefs de la synagogue ont vu ce qui s’était passé, ils ont été outragés et ont jeté les hommes en prison. Ensuite, ils ont voulu savoir : “Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela ?” (4:7). Bien sûr, ils savaient exactement quel nom ils prêchaient, mais ils s’aveuglaient volontairement.

Pierre a été rempli d’assurance par le Saint-Esprit et il a répondu aux responsables : “C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts… il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés” (4:10,12). Les responsables ont été surpris et “étonnés… et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus” (4:13).

Qu’elle était la marque qui distinguait Pierre et Jean des autres ? C’était la présence de Jésus ! Ces chefs de la synagogue ont réalisé : “Nous avons crucifié Jésus, pourtant, il parle encore aujourd’hui à travers ces deux hommes.” A ce moment-là, Pierre et Jean obéissait au commandement de Jésus de témoigner de Lui “à Jérusalem” (Actes 1:8). De la même façon, je crois que le témoignage puissant de Dieu, dans ces derniers jours, ne viendra pas uniquement à travers la prédication. Il viendra d’hommes et de femmes qui “ont été avec Jésus” en s’enfermant avec Lui et en Le cherchant de tout leur cœur et de toute leur âme.

Quelle plus grande preuve de l’existence de Dieu peut-il y avoir que des vies transformées par la puissance surnaturelle de Christ ? Qu’il puisse être dit à ton sujet : “Cet homme, cette femme, a été avec Jésus !”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

L’assurance que tu fais l’objet des soins attentifs de Dieu – David Wilkerson

Psaume 16.1

L’assurance que tu fais l’objet
des soins attentifs de Dieu
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 25.09. 2018

David priait : “Garde moi, ô Dieu ! car je cherche en toi mon refuge” (Psaumes 16:1). Le terme hébreu utilisé pour “garde moi” dans ce verset est lourd de sens. Il dit, en substance: “Place une haie autour de moi, un mur d’épines protectrices. Préserve-moi et garde moi. Observe chacun de mes mouvements, toutes mes allées et venues.”

David croyait pleinement que Dieu préserve les justes. Cet homme béni déclarait : “Voici, il ne sommeille ni ne dort, Celui qui garde Israël. L’Éternel est celui qui te garde, L’Éternel est ton ombre à ta main droite. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit. L’Éternel te gardera de tout mal, Il gardera ton âme” (Psaumes 121:4-7). Le même mot hébreu que celui du Psaume 16 apparaît dans ce passage. Une fois encore, David parle de la haie divine de Dieu, de son mur de protection surnaturelle. Il nous assure : “Dieu garde les yeux fixés sur toi, où que tu ailles.”

Si tu as du mal à accepter que Dieu désire réellement te préserver, lis ce que David a dit : “L’Éternel affermit les pas de l’homme… Car l’Éternel lui prend la main” (Psaumes 37:23-24).

Même Job dans son agonie a attesté la puissance qui préserve de Dieu. Cet homme avait perdu sa famille, tous ses biens, sa santé, sa réputation, pourtant, il qualifie Dieu de “gardien des hommes” (Job 7:20).

Dieu a prouvé encore et encore qu’Il préservait Son peuple. Pourquoi le Seigneur désire-t-Il nous préserver à ce point ? Nous trouvons un indice dans les paroles de Moïse : “L’Éternel nous a commandé de mettre en pratique toutes ces lois, et de craindre l’Éternel, notre Dieu, afin que nous fussions toujours heureux, et qu’il nous conservât la vie, comme il le fait aujourd’hui” (Deutéronome 6:24).

Moïse dit que Dieu leur a donné les commandements pour les préserver et les garder, pour la même raison qu’Il veut nous sauver et nous protéger : pour que Son plan pour nos vies puisse s’accomplir !

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

 

Un lieu de parfait repos – David Wilkerson

Hébreux 4.9..

Un lieu de parfait repos
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le  21.09. 2018

Il existe un lieu en Christ où il n’y a pas d’anxiété au sujet de l’avenir, aucune crainte de calamité, d’affliction ou de chômage. Et il n’y a pas non plus la crainte de tomber, ni de perdre l’âme de quelqu’un. Cet endroit de confiance totale en la fidélité de Dieu est appelé un lieu de repos parfait par l’auteur de l’épître aux Hébreux.

Un tel repos parfait a été offert à Israël, mais le peuple doutait et l’incrédulité les gardait hors du repos de Dieu : “ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance” (Hébreux 4:6). Les Israélites ont constamment vécu dans la peur et l’effroi, attendant toujours que la crise suivante se présente. En conséquence, ils étaient ravagés à chacune de leurs épreuves.

Si Israël était entré dans le repos de Dieu, Son œuvre chez Son peuple aurait été complète. Mais comme ils ne l’ont pas fait, le Seigneur continue de chercher dans chaque génération un peuple qui y entrera : “Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu” (4:9).

Dieu nous dit : “Cette offre de repos est pour aujourd’hui. Il existe encore un endroit en Moi où tous les doutes, toutes les craintes, n’existent plus, un endroit où tu seras préparé pour ce qui vient.” C’est pour cette raison que Sa Parole nous presse : “Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard” (Hébreux 4:1).

Aujourd’hui, une multitude de chrétien ne sait rien de ce repos en Christ. Quand ils entendent les rapports des terribles tragédies, calamités et morts, ils sont remplis de crainte et d’effroi. Leur prière constante est : “Ô Dieu, s’il te plaît, ne prend pas ceux que j’aime. Je ne pourrai jamais supporter cette souffrance.”

Mais si tu te trouves dans le repos du Seigneur, tu ne succomberais pas à une telle crainte. Tu ne paniqueras pas et tu ne t’effondreras pas quand tu seras frappé par une épreuve inattendue. Et tu ne perdras pas espoir, en accusant Dieu d’être à l’origine de tes problèmes. Oui, tu endureras la souffrance qui est le lot de tous les êtres humains, mais ton âme sera dans le repos, parce que tu sauras que Dieu contrôle tout ce qui te concerne.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Une vie que satan ne peut pas detruire! – David Wilkerson

Apocalypse 1.18.jpg

Une vie que satan

ne peut pas detruire!

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 20.09. 2018

Alors que Jésus gisait silencieux dans le tombeau après la crucifixion, Satan et ses hordes se gaussaient. Ils pensaient avoir gagné une victoire irréversible, alors qu’en réalité, pendant tout ce temps, le plan préétabli de Dieu se déroulait comme prévu – un plan pour une vie de résurrection !

Le Seigneur a envoyé Son Esprit Saint dans les entrailles de la mort et, là, Il a saisi le corps de Jésus, le ressuscitant d’entre les morts. Notre Sauveur béni est alors sorti de la tombe, en traversant la pierre. Il en est sorti avec ce témoignage :

“J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts” (Apocalypse 1:18). Christ disait : “Je suis Celui qui a la vie éternelle. J’étais mort, mais voyez, Je suis maintenant vivant pour les siècles des siècles. Je tiens les clés de la vie et de la mort dans mes Mains !”

Au moment où Jésus est sorti de la prison de la mort, Il est devenu la résurrection et la vie, non seulement pour Lui-même, mais aussi pour tous ceux qui croiront en Lui à partir de ce jour. Il nous donne une vie de résurrection qui échappe complètement à la puissance de la mort.

A cause de cela, il n’y a plus aucune raison pour un chrétien de craindre la mort, ni de la voir comme un ennemi. Notre Seigneur l’a complètement vaincue : “Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort” (Actes 2:24).

Si tu as reçu Jésus comme Sauveur et Seigneur, alors Il habite en toi comme une puissance de vie de résurrection. La même puissance de résurrection qui Lui a permis de sortir du tombeau te soutiendra, toi-aussi. “Éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous ?” (2 Corinthiens 13:5). Tu as dans ton être tout ce qui est en Christ, une force de vie puissante que Satan ne peut détruire !

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Pourquoi Jesus a-t-il été conduit dans le désert? – David Wilkerson

Matthieu 4.1.jpg

Pourquoi Jesus a-t-il été

conduit dans le désert?

Par David Wilkerson
(1931-2011)

Le 14.09. 2018

“Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable” (Matthieu 4:1). Quel verset incroyable. Matthieu dit clairement que l’Esprit de Dieu a conduit Christ dans le désert, où Il devrait affronter de sévères tentations. Plus surprenant encore, ce verset fait suite à une scène de grande gloire, alors que Jésus vient d’être baptisé dans le Jourdain. Quand Il est sorti de l’eau, le ciel s’est ouvert et l’Esprit de Dieu est descendu sous la forme d’une colombe, pour se poser sur Son épaule. “Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection” (Matthieu 3:17).

On pourrait se demander : si Dieu était si content de Jésus, pourquoi l’a-t-Il conduit dans le désert ? Laisse-moi te rappeler que Jésus est un modèle de notre vie en tant que croyant. Jean écrit : “Tel Il est, tels nous sommes aussi dans ce monde” (1 Jean 4:17). Bien plus, Christ “a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché” (Hébreux 4:15). Le message que nous lisons ici dans l’Écriture, c’est que tous ceux qui sont en Christ vont affronter une expérience pour les éprouver, tout comme cela a été le cas pour Jésus.

De telles épreuves touchent uniquement ceux qui marchent dans l’Esprit et dans l’intimité avec le Seigneur. Quand le Saint-Esprit nous conduit dans le désert, Dieu a un plan éternel à l’esprit. Ne te méprends pas, cependant. Dieu ne nous tente pas. C’est le diable qui nous tente. “Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : c’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne” (Jacques 1:13).

Jésus ne pouvait pas être tenté par de gros péchés parce qu’Il était juste. Ses tentations étaient du domaine du royaume spirituel. La même chose est vraie pour nous aujourd’hui. Une personne réellement spirituelle n’est certainement pas tentée de se saouler ou de prendre des drogues, mais ses tentations sont davantage comme celles que Christ a endurées : désobéir à la Parole ou tester notre dépendance envers le Père.

Ne laisse pas le diable te voler ton onction ou miner ton appel. Appuie-toi sur la Parole de Dieu et tu remporteras la victoire – tout comme Jésus l’a fait.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Comme ayant autorité – David Wilkerson

Matthieu 7.28-29

Comme ayant autorité

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 12.09. 2018

Quand Jésus a terminé d’apporter le Sermon sur la Montagne, ceux qui l’écoutaient sont restés assis dans l’émerveillement. L’Écriture dit : “Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes” (Matthieu 7:28-29). Le mot grec utilisé ici pour autorité signifie : “avec maîtrise, puissance, comme quelqu’un qui contrôle.” Ceux qui avaient écouté Jésus disaient en substance : “Cet homme a l’air de savoir de quoi il parle.”

Remarque que le verset ne dit pas que Christ enseignait “avec autorité”, mais “comme ayant autorité.” C’est une chose de parler avec ce que nous prenons pour de l’autorité – d’une voix forte et bruyante – mais c’est tout autre chose de parler avec une autorité spirituelle.

L’autorité que montrait Jésus a ébranlé le système religieux tout entier. Les chefs juifs sont venus pour lui demander : “Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t’a donné cette autorité ?” (Matthieu 21:23). Mais Jésus savait qu’Il n’avait pas à répondre aux questions du diable.

Si l’Eglise de Jésus Christ a eu un jour besoin de Sa puissance et de Son autorité, c’est bien maintenant. Le diable a apporté son faux Christ dans la maison de Dieu – des prédicateurs faibles et sans Dieu qui parlent comme des anges de lumière et transforment les églises en zones de confort où le péché n’est jamais mentionné et où les consciences sont engourdies. En conséquence, les églises sont remplies de gens qui souffrent, de personnes flétries, qui ne savent pas comment défier l’invasion de Satan dans leur vie.

Quand les disciples se sont retrouvés impuissants face à l’ennemi, Jésus leur a dit que la puissance sur Satan vient seulement par la prière et le jeûne. Pourquoi ? Je crois que c’est parce que le Seigneur veut du temps pour travailler sur notre être intérieur. Il veut que nos cœurs soient complètement à l’unisson du Sien.

Bien-aimé, la justice, c’est croire que ce que Dieu dit est vrai et Lui remettre notre vie. C’est aussi simple que ça. Quand tu commences à apprendre à grandir dans ton être intérieur et à te confier en Ses paroles quelle que soit la crise que tu traverses, alors tu reçois l’autorité spirituelle.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Apprends à t’appuyer sur la parole de Dieu – David Wilkerson

2 Pierre 1.4.jpg

Apprends à t’appuyer

sur la parole de Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 7.0. 2018

Les expériences de conversion sont souvent chargées émotionnellement parce qu’elles sont toutes nouvelles et très spéciales. Comme il est merveilleux d’être libéré du péché et de l’esclavage, d’entamer une nouvelle vie en Christ.

Notre croissance spirituelle au début de notre conversion ressemble à un enfant qui essaye de marcher. C’est excitant quand un bébé fait ses premiers pas. Il y a beaucoup d’encouragements et d’applaudissements. Mais peu après avoir commencé à marcher, il n’est plus au centre de l’attention. Quand il commence à tirer sur les plantes et à faire le bazar dans toute la maison, il est repris, même si c’est gentiment, et les choses ne sont plus aussi excitantes.

Ta croissance spirituelle est comparable. Quand tu es un bébé dans le Seigneur, tu sens que Dieu t’accorde une attention spéciale et ceux qui sont autour de toi t’encouragent sans relâche. Mais tu n’es pas destiné à rester pour toujours un enfant. Une part du processus implique de vivre par la foi et tu dois apprendre à t’appuyer sur la Parole de Dieu.

Imagine à quel point tu serais perdu si ton salut reposait réellement sur tes sentiments. Paul nous presse : “Oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant” (Philippiens 3:13). Tu ne dois jamais t’appuyer sur des expériences émotionnelles passées. Ce qui importe, c’est que tu aies toujours confiance en Ses promesses.

“Lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise” (2 Pierre 1:4). Pierre dit clairement que nous obtenons la nature de Christ en nous appropriant les promesses de Dieu, et par ce moyen seulement. Il apporte le renouveau et une onction renouvelée à nos vies, mais nous devons garder la foi et croire qu’Il tiendra Ses promesses envers nous.

“Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse… soient gloire, majesté, force et puissance” (Jude 24-25).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Où es tu? – David Wilkerson

Genèse 3.9.jpg

Où es tu?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 6.09. 2018

Les chrétiens qui ne prient pas ne réalisent pas le danger dans lequel ils se trouvent. Tu peux argumenter : “Et alors, quelle importance si les chrétiens ne prient pas ? Ils sont toujours croyants – pardonnés et destinés à aller au Ciel.”

Notre Père céleste réalise que nous vivons une époque occupée, avec des demandes constantes de notre temps et de notre énergie. Les chrétiens sont pris dans leur travail et leurs activités, comme tout le monde. Mais je ne peux pas croire que Dieu prenne à la légère notre rejet de l’accès que nous avons auprès de Lui, qui Lui a coûté la vie de Son Fils unique.

Cela a fait mal au Père d’envoyer Jésus subir les moqueries et être crucifié pour que nous puissions nous approcher de Lui librement. Et voilà que les jours passent et qu’un grand nombre de Ses enfants ne s’approchent de Lui que le dimanche matin à l’église. Quand Adam s’est caché du Seigneur dans le Jardin d’Eden, Dieu lui a demandé : “Où es-tu ?” (Genèse 3:9). Bien sûr, Dieu savait où se trouvait Adam, mais Il demandait à Adam pourquoi il avait négligé sa communion avec Lui.

Les chrétiens qui oublient de s’approprier leur accès au Père se retrouvent dans la situation de l’église de Sardes. Le Seigneur a dit à Jean : “Écris à l’ange de l’Église de Sardes : … Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort” (Apocalypse 3:1). Jésus dit : “Tu es peut-être quelqu’un de bien, qui ferait tout pour les autres, mais un élément de mort s’est faufilé dans ta vie à cause de ta négligence. Une chose qui vient du monde t’a souillé.”

Quelle est cette souillure ? Le manque de prière ! Les croyants de Sardes n’avait pas été vigilants dans la prière, ils ne s’attendaient plus au Seigneur et ne Le cherchaient plus comme ils l’avaient fait, à une époque. Ils étaient devenus négligents, mais le Seigneur leur dit dans Apocalypse 3:4 : “Quelques-uns parmi vous sont dignes et ne veulent pas perdre Ma présence.”

Rends-toi vite dans ton lieu secret. Il t’a donné accès à Lui et Il promet de répondre à chacun de tes besoins.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Prie avant la crise – David Wilkerson

Psaumes 42.1-2....jpg

Prie avant la crise

Par David Wilkerson

(1931-2011)

le 5.09. 2018

Quand Jésus était sur Terre, Il s’est rendu accessible à la population. Il enseignait dans les synagogues, sur les collines et sur des bateaux, guérissant les malades et accomplissant des miracles. Il élevait Sa voix lors des fêtes pour dire : “Je suis l’eau vive ! Venez à moi et Je satisferai vos âmes assoiffées.” Tous pouvaient s’approcher de Lui et être satisfaits. Mais l’invitation de notre Seigneur était rejetée par la plupart des gens.

Jésus a pleuré sur le peuple : “Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, mais vous ne l’avez pas voulu !” (Matthieu 23:37). Il disait à Israël : “Je suis là, disponible. Je vous ai dit de venir à moi pour obtenir la guérison et la réponse à vos besoins, mais vous ne voulez pas venir.”

Jésus a répondu au rejet du peuple en déclarant : “Voici, votre maison vous sera laissée déserte” (23:38). Le mot utilisé par Jésus pour “déserte” signifie “seule, stérile, désolée, gaspillée.” Il disait : “Votre vie d’église, vos foyers, votre marche spirituelle vont se dessécher et mourir.”

Notre Père céleste se soucie des problèmes de Ses enfants. Quand nous affrontons des moments difficiles, Il nous presse de nous approcher en disant : “Venez, déversez tous vos problèmes, besoins et plaintes devant moi. J’entendrai votre cri et je répondrai.” Il désire que nous ayons soif de Lui, tout comme le disait le psalmiste : “Comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant” (Psaumes 42:1-2).

N’attends pas de traverser une crise pour t’approcher de Dieu. Il attend que tu déverses ton cœur devant Lui dans l’amour et l’adoration continuellement.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Une confiance inébranlable en Dieu – David Wilkerson

Hébreux 4.15.jpg

Une confiance inébranlable

en Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 4.09. 2018

La plupart des chrétiens connaissent ce verset : “Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché” (Hébreux 4:15). Nous voyons ici que notre souverain sacrificateur, Jésus, ressent nos souffrances avec nous. En d’autres termes, le Seigneur est personnellement touché par toutes les souffrances, la confusion et le désespoir que nous ressentons. Tout ce que nous expérimentons, Il l’a enduré également, d’une façon ou d’une autre.

Parce que nous avons un tel Souverain Sacrificateur, il nous est ordonné : “Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins” (4:16). Il nous est dit : “Ton sauveur sait exactement ce que tu traverses et Il sait comment déverser Sa grâce sur toi.”

Nous connaissons la plupart des définitions théologiques de la grâce : une faveur imméritée, la bonté de Dieu, Son amour particulier. Mais quand l’épreuve survient, nous avons le choix de nos réactions. Dans le livre de Job, nous voyons la femme de Job devenir amère devant la tragédie indescriptible qu’ils affrontent. Elle blâme Dieu bêtement et presse Job : “Maudis Dieu et meurs !” (Job 2:9). Elle disait, en substance : “Pourquoi le Seigneur frapperait-il notre famille qui aime Dieu d’une tragédie aussi inimaginable ?”

Mais, même dans sa grande souffrance et sa grande angoisse, cet homme de Dieu a dit : “Voici, qu’il me tue, j’espèrerai en lui” (Job 13:15).

Job disait : “Peu importe si ces ulcères me conduisent à la tombe, je n’abandonnerai pas ma confiance en Lui : je sais qu’Il sait ce qu’Il fait. Même si je ne comprends pas tout, je sais que Dieu a un plan éternel.”

Bien-aimé, tes souffrances actuelles produisent une chose précieuse dans ta vie, tu es transformé en une personne capable de distribuer la grâce.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Plus de Dieu chaque jour – David Wilkerson

Colossiens 2.7
Plus de Dieu chaque jour
Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 31.08. 2018

La plupart des chrétiens proclament vivre par la foi et non par les sentiments, mais dans les faits, beaucoup mesurent leur vie spirituelle à l’aune de ce qu’ils ressentent. Tu peux faire tout ce qu’il faut – une lecture quotidienne de la Bible, une prière assidue – et avoir toujours le sentiment de ne pas grandir dans le Seigneur.

Tu peux totalement ignorer le fantastique processus de maturation qui se produit en toi. Paul compare notre croissance spirituelle à la croissance de notre corps, avec notre âme qui est nourrie de la même façon que nos articulations ou nos muscles. Il appelle cela « tirer l’accroissement que Dieu donne » (Colossiens 2 :19). Une telle croissance vient de la Tête. Pour dire les choses simplement, quand tu te confies en Christ, que tu résides en Lui, un flot continu de vie se déverse dans ton âme.

Jésus est une force de vie constante dans ton être, un ruisseau débordant qui ne tarit jamais. Sa vie se déverse donc constamment dans la tienne, même quand tu dors. Il te renouvelle chaque jour, peu importe la façon dont tu te sens.

Comment crois-tu que les israélites aient survécu pendant quarante ans dans le désert ? Ils ont vécu de manne, le pain envoyé du Ciel. Cette « nourriture d’en haut» possédait tous les nutriments nécessaires à leur système immunitaire et c’est pour cette raison qu’ils n’ont jamais contracté aucune des maladies de l’Égypte.

Il en est de même avec Christ, notre Manne d’aujourd’hui. Il est le Pain envoyé du ciel et Il développe notre système immunitaire contre les péchés de toutes sortes. Nous ne voyons peut-être pas les signes extérieurs de l’œuvre de cette manne en nous, mais la Parole de Dieu promet que tous ceux qui aiment Jésus verront leur immunité spirituelle devenir de plus en plus forte.

Paul écrit : « étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi,… abondez en actions de grâces. »  (Colossiens 2:7). L’apôtre nous dit : « Quand tu résides en Christ, tu éclos et fleuris comme une fleur gorgée de vie. La vie de Jésus va éclater en toi. »

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

“Nous y arriverons par nous-mêmes” -David Wilkerson

Psaumes 57.1.jpg

“Nous y arriverons par nous-mêmes”

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 29.08. 2018

Le prophète Ésaïe a dit à Israël : « Malheur, dit l’Éternel, aux enfants rebelles, qui prennent des résolutions sans moi, et qui font des alliances sans ma volonté, pour accumuler péché sur péché ! »(Ésaïe 30:1). Le terme hébreux pour malheur utilisé ici signifie une profonde tristesse au sujet de ce que Dieu décrit comme rebelle, c’est-à-dire rétrograde et têtu, qui se détourne.

Pour dire les choses simplement, Dieu dit : « Mon peuple ne me consulte plus. Ils ne me cherchent plus pour obtenir une direction et un conseil. Au lieu de cela, ils s’appuient sur la chair et agissent à chaque fois sans Me consulter, se tournant vers le monde pour obtenir de l’aide, accumulant péché sur péché. Ils ont oublié leur confiance dans le bras fort de l’Éternel. »

Aujourd’hui, nous envisageons la rébellion comme un refus d’obéir à la Parole de Dieu, de se tourner vers les drogues, l’alcool, l’immoralité sexuelle et d’autres gros péchés. Mais la rébellion dont parle Dieu est bien plus grave que cela. Le peuple de Dieu lui-même dit : « N’ennuyons pas Dieu avec ça, nous avons l’intelligence nécessaire pour nous en sortir par nous-mêmes. »

Le peuple de Dieu savait parfaitement bien qu’ils devaient faire confiance en Dieu dans chaque situation, peu importe à quel point elle est insignifiante. Les Psaumes rappellent constamment : « Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi ! Car en toi mon âme cherche un refuge ; Je cherche un refuge à l’ombre de tes ailes, jusqu’à ce que les calamités soient passées. » (Psaumes 57:1). « Car tu es mon secours, Et je suis dans l’allégresse à l’ombre de tes ailes. » (Psaumes 63:7).

Le Seigneur est attristé quand on fait ce qu’il faut pour que nos plans fonctionnent sans s’attendre à Lui. Tu devrais réellement prier pour tout et laisser Dieu prendre le contrôle. Mais bien souvent, quand une crise survient et que les choses semblent progresser trop lentement, on finit par prendre les choses en mains. On peut devenir impatient par rapport à l’agenda du Seigneur mais il est vital de nous rappeler que notre propre raisonnement ne sera pas aussi bon que le plan parfait de Dieu. Et la Parole promet un lieu de refuge et de joie pour ceux qui se confient en Lui.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

S’approcher toujours plus près de Jésus – David Wilkerson

Jacques 4.8.jpg

S’approcher toujours

plus près de Jésus

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 28.08. 2018

Le Seigneur se prépare à déverser Son Esprit sur Son peuple dans ces derniers jours et je sais que tu veux y prendre part. Pour que cela se produise, nous devons nous approcher toujours plus près de Lui – dans notre adoration, notre obéissance et notre diligence. “Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous” (Jacques 4:8).

Une multitude de chrétiens réservent des heures pour le sport, les films, le shopping, les plaisirs de toutes sortes, mais ils attribuent à Dieu un temps qui ne cesse de diminuer, en résultat d’un esprit paresseux. Mais la grâce de Dieu envers nous est sans limite. Jésus nous assure : “Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus” (Matthieu 6:33). Le message ici est très clair : donne-Lui plus de toi et Il déversera Sa gloire sur toi.

Dieu désire faire pour nous “infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons” (Éphésiens 3:20). C’est pour cette raison qu’Il désire un peuple qui a un appétit débordant pour Lui. Il veut te remplir de Son incroyable présence, au-delà de tout ce que tu as expérimenté dans ta vie.

Jésus a dit : “ moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance” (Jean 10:10).

“Au reste, frères, puisque vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et que c’est là ce que vous faites, nous vous prions et nous vous conjurons au nom du Seigneur Jésus de marcher à cet égard de progrès en progrès” (1 Thessaloniciens 4:1).

“Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur” (1 Corinthiens 15:58).

Le terme grec pour “travailler de mieux en mieux” signifie excéder, dépasser, exceller – avoir assez et plus encore, excessivement, très abondamment, au-delà de toute mesure. Paul dit : “La gloire de Dieu dans votre vie va dépasser de beaucoup les petits moments que vous avez connus jusqu’à présent. Vos prières ne seront plus simplement des demandes de bénédictions au moment du repas. Vous allez prier matin, midi et soir.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Une gloire qui ne cesse d’augmenter – David Wilkerson

Éphésiens 4.13.jpg

Une gloire qui ne cesse d’augmenter

Par David Wilkerson
(1931-2011)

Le 24.08.2018

Il leur dit encore : Prenez garde à ce que vous entendez. On vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis, et on y ajoutera pour vous” (Marc 4:24).

Jésus savait que ces mots pouvaient paraître étranges à des oreilles non spirituelles, alors Il a précédé son message de ces paroles : “Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende” 4:23). Il nous disait, en substance : “Si votre cœur est ouvert à l’Esprit de Dieu, vous comprendrez ce que J’ai à vous dire.”

Que dit Jésus dans ce passage ? Il parle de la gloire de Dieu dans note vie – c’est à dire de la présence manifeste de Christ. Le Seigneur répand sa présence glorieuse en différentes quantités, que ce soit dans les églises ou chez les individus. Certains ne reçoivent rien de Sa gloire, d’autres en reçoivent une mesure qui ne cesse de grandir, qui émane de leur vie et de leur église en quantité toujours plus importante.

Dieu a promis de déverser Son Esprit sur Son peuple dans ces derniers temps. En effet, toute l’Écriture pointe vers une Eglise triomphante recouverte de gloire à la fin des temps. Jésus Lui-même dit que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Son Eglise. Peu importe à quel point Satan montre les dents avec férocité, il ne peut arrêter l’œuvre de Dieu. Jésus lui a ôté son mordant !

Paul écrit : “Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ” (Éphésiens 4:7). Il nous a tous été donné une mesure de l’Esprit de Dieu, selon Sa divine répartition. Paul écrit : “Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun” (Romains 12:3).

Quel est le but de Dieu quand Il mesure Son Esprit – Sa gloire et Sa présence – en différentes quantités ? Il le fait dans un seul but : “Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu” (Éphésiens 4:13).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Ne t’y trompe pas, Jesus règne – David Wilkerson

Psaumes 66.7.jpg

Ne t’y trompe pas,

Jesus règne

Par David Wilkerson
(1931-2011)

Le 23.08.2018

Jésus dirige les nations du monde. La Bible nous dit : “Il domine éternellement par sa puissance, ses yeux observent les nations : que les rebelles ne s’élèvent pas !” (Psaumes 66:7). “L’Éternel a établi son trône dans les cieux, et son règne domine sur toutes choses” (Psaumes 103:19).

Ne t’y trompe pas, notre pays n’est pas dirigé par les républicains, les démocrates, ni aucune autorité humaine. Il n’est pas dirigé par Wall Street ou par les grandes puissances industrielles. Aucune puissance terrestre ou surnaturelle ne règne sur l’Amérique, ni sur aucune autre nation. Dieu seul est aux commandes. Il siège comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs, dirigeant et régnant sur toute la création, depuis son trône céleste.

Je suis amusé quand j’entends des politiciens se vanter de la puissance de leur pays, quand je nous entends dire que nous nous sommes établis comme la nation la plus puissante de la Terre. Nous n’avons rien fait de tel. Toutes les nations, les rois, les dictateurs et les présidents de ce monde ne sont rien d’autres que des petits grains de poussière aux yeux de Dieu. Notre Seigneur règne sur eux tous, abaissant une autorité et en élevant une autre.

“Voici, les nations sont comme une goutte d’un seau, elles sont comme de la poussière sur une balance ; Voici, les îles sont comme une fine poussière qui s’envole… Toutes les nations sont devant lui comme un rien, elles ne sont pour lui que néant et vanité” (Ésaïe 40:15,17).

Si Christ règne en tant qu’autorité suprême sur Son royaume et que nous sommes Ses sujets, alors nos vies sont gouvernées par Lui. Qu’est-ce que cela signifie pour nous d’être gouvernés par Jésus ? D’après le dictionnaire, gouverner signifie : “guider, diriger, contrôler toutes les actions et attitudes de ceux qui sont sous l’autorité.” Pour résumer, on doit permettre à Jésus de contrôler toutes nos actions, toutes nos attitudes. Il doit guider et diriger notre vie quotidiennement, ce qui inclue toutes les pensées, paroles et actions.

Permets à ton Roi, Jésus, de gouverner ta vie à travers Sa Parole, alors tu seras béni et ta vie sera remplie de joie.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Ne panique pas – David Wilkerson

Il connaît tes pensées paniquées.jpg

Ne panique pas

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 22.08. 2018

Le Seigneur est très patient envers Ses enfants. En fait, Il nous invite même : “Plaidez votre cause” (Esaïe 41:21), ce qui montre qu’il est normal d’avoir des moments où nous nous questionnons. Nous pouvons recevoir des nouvelles soudaines et terribles – la mort d’un être aimé, le divorce d’un fils ou d’une fille, l’infidélité du conjoint. Dans de tels moments, Dieu envoie le Saint-Esprit pour nous apporter du réconfort, soulager notre peine et affermir notre cœur. Notre Seigneur ressent chaque soubresaut de souffrance, de peur et de panique qui nous frappe.

Dieu voit chaque détail de ton épreuve et Il voit tous les problèmes de la vie qui te pressent. Ceux qui prient et s’attendent à Lui avec une foi tranquille ne sont jamais réellement en danger. Bien plus, Il connaît tes pensées paniquées et, pourtant, Son commandement reste vrai : “Ne panique pas et n’essaye pas d’aller plus vite que Moi. Tu ne dois rien faire d’autre que prier – et t’appuyer sur Moi. J’honore ceux qui placent leur confiance en moi.”

Souviens-toi de ces mots que Dieu a donné à Son Eglise : “Or sans la foi il est impossible de lui être agréable” (Hébreux 11:6). “En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge” (Psaumes 62:8). “Vous qui craignez l’Éternel, confiez-vous en l’Éternel ! Il est leur secours et leur bouclier” (Psaumes 115:11). “Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ; Reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers” (Proverbes 3:5-6).

L’incrédulité est mortelle, et ses conséquences tragiques. Nous nous retrouvons face à des conséquences difficiles si nous essayons de nous sortir nous-mêmes de nos épreuves plutôt que de nous confier en Dieu. Jésus est venu pour briser nos chaînes du légalisme et nous délivrer de nos entraves. Mais d’abord, nous devons admettre nos péchés. Quand nous confessons notre incrédulité et que nous remettons notre futur, notre liberté et notre délivrance pleinement entre les mains de Jésus, Il arrive au bon moment ! Notre part, c’est de ne rien faire – si ce n’est de Lui faire confiance !

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

L’argent de l’impôt dans la bouche d’un poisson! – David Wilkerson

Matthieu 17.27.jpg

L’argent de l’impôt

dans la bouche d’un poisson!

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 21.08. 2018

Dieu peut restaurer ce qui semble mort dans nos vies d’un seul mot. Est-ce que tu traverses des problèmes financiers, incapable de payer tes factures ? Il en était de même pour les disciples du Seigneur.

Quand le moment est venu de payer l’impôt, Christ et Ses disciples n’avaient pas d’argent. Comment le Seigneur a-t-Il arrangé la situation ? Il a envoyé Pierre pêcher. “Va à la mer, jette l’hameçon, et tire le premier poisson qui viendra ; ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un statère. Prends-le, et donne-le-leur pour moi et pour toi” (Matthieu 17:27).

Je peux imaginer ce que Pierre a dû penser : “L’argent des impôts dans la bouche d’un poisson ? Ça, je demande à voir ! J’ai été pêcheur toute ma vie et j’ai vu beaucoup de choses dans les poissons – des vers, des hameçons, des algues. Mais je n’ai jamais vu de pièce.” Pourtant, quand Pierre a ramené le premier poisson frétillant, il lui a ouvert la bouche et a trouvé une pièce brillante – assez pour payer leur impôt, tout comme l’avait dit Jésus.

Pourquoi le Saint-Esprit a-t-Il poussé les auteurs des évangiles à rapporter cette histoire ? Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas simplement accepté une offrande ou envoyé les disciples travailler une journée pour que leur salaire paye l’impôt ?

Je crois que Jésus a accompli ce miracle parce qu’Il voulait prouver à Ses enfants qu’Il fera l’impossible pour nous. Il peut solutionner tous les problèmes ! Il veut que nous sachions qu’Il est le même Dieu qui a nourri Eli avec du pain et de la viande amenée par des corbeaux (1 Rois 17:6), qui a empêché la farine d’une veuve de manquer pendant une famine (1 Rois 17:14-16) et nourri une foule de cinq mille personnes avec quelques poissons et miches de pain (Matthieu 14:19-21).

Dieu sait qu’à certains moments de nos vies, seul un miracle peut nous aider et Il veut nous assurer qu’Il peut faire l’impossible pour nous, dans toutes les situations. Bien-aimé, crois que Dieu pourvoira dans tous les domaines de ta vie, parce que rien ne Lui est impossible.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Comment garder la joie? – David Wilkerson

Néhémie 8.10

Comment garder la joie?

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 16.08.2018

“La joie de l’Éternel sera votre force” (Néhémie 8:10). A l’époque où ces paroles ont été prononcées, les Israélites venaient tout juste de revenir de la captivité à Babylone. Sous la direction d’Esdras et Néhémie, le peuple avait reconstruit les murailles de Jérusalem et, maintenant, ils avaient décidé de rétablir le temple et de restaurer la nation.

Le peuple avait faim d’entendre la loi de Dieu leur être prêchée et ils étaient pleinement préparés à se soumettre à l’autorité de Dieu. Esdras le prêtre “lut dans le livre depuis le matin jusqu’au milieu du jour, sur la place… Tout le peuple fut attentif à la lecture du livre de la loi” (Néhémie 8:3). Quelle scène incroyable. Esdras a prêché pendant cinq ou six heures et personne n’a remarqué le temps qui passait tellement ils étaient captivés par la Parole de Dieu.

Parfois, Esdras était tellement touché par ce qu’il lisait qu’il s’arrêtait pour “bénir l’Éternel, le grand Dieu” (8:6). La gloire du Seigneur est descendue puissamment et le peuple a levé les mains pour louer Dieu : “tout le peuple répondit, en levant les mains : Amen ! amen ! Et ils s’inclinèrent et se prosternèrent devant l’Éternel, le visage contre terre” (8:6).

Un résultat important de cette prédication puissante a été une vague de cœur brisé chez les auditeurs. En saisissant la Loi de Dieu, ils ont commencé à se repentir (6:9). La majorité des chrétiens n’associent jamais la joie à la repentance, mais la repentance est en réalité la mère de toute joie en Jésus. Je crois que le Seigneur désire agir parmi son peuple de la même façon aujourd’hui. Mais cela demande des gens qui sont désireux d’entendre la Parole de Dieu et d’y obéir.

Quand nous disposons notre cœur à obéir à la Parole de Dieu, permettant à Son Esprit d’exposer et de mortifier tous les péchés dans nos vies, le Seigneur Lui-même nous permet de nous réjouir. “Dieu avait donné au peuple un grand sujet de joie” (12:43). Comment garder la joie du Seigneur ? De la même façon que nous obtenons Sa joie la première fois : tout d’abord, nous aimons, honorons et avons une faim dévorante de la Parole de Dieu. Ensuite, nous marchons continuellement dans la repentance. Troisièmement, nous nous séparons des influences du monde.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

Comme Dieu t’a pardonné – David Wilkerson

Ephésiens 4.32

Comme Dieu

t’a pardonné

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 15.08. 2018

Si tu dis que tu n’as pas d’ennemi, je voudrais savoir comment tu as réussi à aller si loin dans la vie sans avoir une seule personne qui s’oppose à toi. Sûrement, à un moment ou un autre, quelqu’un t’a envié, a essayé de contrecarrer tes projets ou d’interrompre tes plans. Et c’est précisément ce qui fait de quelqu’un ton ennemi.

Évidemment, tous les chrétiens affrontent un ennemi juré : Satan. Jésus nous dit qu’il est l’Ennemi qui sème l’ivraie dans notre vie (voir Matthieu 13:38-39). L’apôtre Pierre nous met aussi en garde contre Satan : “Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera” (1 Pierre 5:8).

Jésus dit clairement que nous n’avons rien à craindre du diable. Notre Seigneur nous a donné puissance et autorité sur Satan et ses forces démoniaques : “Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire” (Luc 10:19). Jésus dit clairement que la bataille contre Satan a déjà été remportée et que nous avons en nous la puissance de résister à toutes les tentatives du diable de nous dévorer.

Nous avons des conflits avec des ennemis humains, parfois, des gens qui vivent ou qui travaillent avec nous. Peut-être qu’une personne t’a attaquée ou a souillé ta réputation. La controverse te cause une grande détresse et affecte même ta santé physique.

Tu protestes peut-être devant le Seigneur : “Je vais continuer à Te louer et à T’adorer, mais ne T’attends pas à ce que je dépose cette blessure.” Mais le Seigneur a dit clairement : “Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ” (Ephésiens 4:32). Et Jésus dit : “Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent” (Matthieu 5:44).

Nous glorifions notre Père Céleste quand nous dépassons des blessures et pardonnons les péchés qui ont été faits contre nous. Quand nous pardonnons comme Dieu pardonne, Il nous amène à une révélation de faveur et de bénédiction telle que nous n’en avions jamais connue.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

L’oeuvre invisible dans le cœur – David Wilkerson

2 Corinthiens 4.18.jpg

L’oeuvre invisible

dans le cœur

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 14.08. 2018

Il semble y avoir des contrefaçons de tout, aujourd’hui. Il est habituel, lorsqu’on marche dans les rues de New York, de rencontrer des vendeurs de rue “d’authentiques” Rolex, sacs à mains de marques, bijoux et autres marchandises attractives. Elles ont l’air bien, mais elles ne sont que des imitations bon marché des vraies.

Une chose qui ne peut être dupliquée, c’est la vraie spiritualité. De temps à autre, des chrétiens se persuadent que : “Pour vraiment honorer Dieu, nous devons revenir aux bases et adopter les coutumes de l’église primitive.” Alors, ils mettent en place tout le programme connu des églises apostoliques de l’époque des disciples. Ils instaurent des anciens, des diacres et des évêques, établissent un “ordre divin”, des baptêmes et des communions semblables à ceux de l’église primitive – mais ce n’est qu’une copie, une religion morte sans le Saint-Esprit.

La plupart des religions chrétiennes modernes pensent qu’il suffit de transmettre la connaissance des Écritures et les principes bibliques aux gens, pour que ces derniers deviennent spirituels. Les gens assistent à des écoles bibliques ou à des séminaires, où ils apprennent les Écritures et où on leur enseigne comment prêcher, baptiser et tenir une église. Ils sont modelés en théologiens, pasteurs, missionnaires, mais le fait demeure qu’aucune personne, aucune institution n’a la capacité de produire la spiritualité chez quelqu’un d’autre. Seul le Saint-Esprit peut faire cela.

La spiritualité produite par le Saint-Esprit est une œuvre profonde et invisible qui a lieu dans le cœur. Paul dit : “parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles” (2 Corinthiens 4:18). Dans le contexte, ce passage parle de souffrances. En substance, il signifie : “Seul le Saint-Esprit connaît tout ce que nous affrontons. Et c’est là que la véritable spiritualité se manifeste – dans le creuset de la souffrance.”

Tous ceux qui souffrent ne deviennent pas spirituels, beaucoup finissent amers et endurcis, en colère contre Dieu et le monde. Mais ceux qui se soumettent à la direction de l’Esprit de Dieu affrontent les afflictions avec confiance, sachant que le Seigneur produit quelque chose en eux, et émergent de leur creuset avec une foi forte.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Aimé comme Jésus était aimé -David Wilkerson

Jean 17.22-23.jpg

Aimé comme Jésus

était aimé

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 10.08. 2018

Le Saint-Esprit m’a mis à cœur de mieux comprendre Son amour et m’a conduit à ce passage : “Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle” (Jude 20-21).

En lisant ces versets, j’ai entendu l’Esprit me murmurer doucement : “David, tu n’es encore jamais entré dans la plénitude de la joie de mon amour. Tu connais la théologie, mais tu n’as pas expérimenté la grande joie et le repos qu’il y a à rester dans mon amour. Il y a tout un océan d’amour à ta disposition, pour que tu puisses y nager.”

La Bible est remplie de la vérité de l’amour de Dieu, mais, par moment, je me laisse aller à me demander comment le Seigneur pourrait m’aimer. Je ne doute pas de Son amour. Je manque simplement de me garder dans la connaissance et l’assurance de son amour pour moi.

L’amour de Dieu doit nous être révélé par le Saint-Esprit et la révélation vient en partie quand nous naissons de nouveau. Si tu devais demander à la plupart des chrétiens ce qu’ils savent de l’amour de Dieu pour eux, ils répondraient : “Je sais que Dieu m’aime parce qu’Il a donné son Fils unique pour qu’Il meure pour moi.” Et ils citeraient Jean 3:16 : “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.”

Pourtant, comprendre le secret de l’amour de Dieu est le secret pour avoir une vie de victoire. Nombreux sont ceux qui deviennent froids et paresseux parce qu’ils sont ignorants de l’amour de Dieu pour eux. Ces gens ne comprennent pas que leur plus grande arme contre les attaques de Satan, c’est d’être pleinement convaincus de l’amour de Dieu.

Dans le chapitre 17 de Jean, Jésus fait cette remarquable prière au Père : « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, – moi en eux, et toi en moi, -afin… que le monde connaisse que… tu les as aimés comme tu m’as aimé » (17:22-23).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

 

La nature pleine de pardon de Dieu -David Wilkerson

Psaumes 130.1-2.jpg

La nature pleine

de pardon de Dieu

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 9.08. 2018

A certains moments, David a beaucoup souffert sous la verge du Seigneur. Il avait peur que le Seigneur ne l’ait totalement rejeté à cause de son péché, une pensée qu’il ne pouvait supporter, et il a plaidé devant le Seigneur : “Que les flots ne m’inondent plus, que l’abîme ne m’engloutisse pas, et que la fosse ne se ferme pas sur moi !” (Psaumes 69:15). Il disait : “Seigneur, ne me laisse pas tomber si bas que je ne puisse plus m’en sortir !”

Dans son désespoir, la prière de David s’est faite intense. Nous lisons à de nombreuses reprises qu’il a crié à Dieu dans son angoisse : “Du fond de l’abîme je t’invoque, ô Eternel ! Seigneur, écoute ma voix !” (Psaumes 130:1-2).

Pour de nombreux chrétiens, atteindre le fond est synonyme de fin. Ils sont tellement submergés par leurs échecs qu’ils développent un sentiment d’indignité et, avec le temps, ils se sentent pris au piège, au-delà de toute possibilité d’aide. Esaïe a écrit au sujet de tels croyants : “Malheureuse, battue de la tempête, et que nul ne console ! (Esaïe 54:11).

Certains finissent par se mettre en colère contre Dieu parce qu’ils pensent qu’Il n’agit pas assez vite. “Seigneur, où étais-Tu quand j’ai eu besoin de Toi ? J’ai crié à Toi mais Tu n’as pas répondu. Je suis fatigué d’attendre sans voir le moindre changement.” De tels croyants finissent simplement par arrêter d’essayer et s’abandonnent à leur péché. D’autres tombent dans un brouillard d’apathie spirituelle, convaincus que Dieu ne se soucie plus d’eux. “L’Éternel m’abandonne, le Seigneur m’oublie !” (Esaïe 49:14).

David est sorti des profondeurs où il se trouvait en se rappelant de la nature pleine de pardon de Dieu. Après tous ses pleurs versés devant Dieu, David finit par attester : “Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu’on te craigne” (Psaumes 130:4). Le Saint-Esprit a commencé à inonder son esprit de souvenirs des miséricordes de Dieu et de la nature pleine de pardon du Père.

Marcher dans la crainte de Dieu nous rend capable de dire : “Je sais que mon Père m’aime et qu’Il ne m’abandonnera jamais. Il est toujours prêt à me pardonner à chaque fois que j’en appelle à Lui.”

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Des aides dans la prière – David Wilkerson

1 Timothée 2.1-2.jpg

Des aides dans la prière

Par David Wilkerson

(1931-2011)

le 8.08.2018

A quelle fréquence pries-tu pour les autres ? Trop souvent, nous disons à quelqu’un : “Je prierai pour toi” et nous oublions de le faire. Ou nous le faisons une fois et oublions vite son besoin.

L’apôtre Paul a expérimenté des difficultés si intenses qu’il a craint pour sa vie : “Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie” (2 Corinthiens 1:8). Paul a partagé son besoin avec ses frères et, après avoir été délivré, il les a remercié pour leur support dans la prière (voir 2 Corinthiens 1:11).

Nous ne savons pas précisément en quoi consistaient les difficultés de Paul, mais 2 Corinthiens 7:5 nous donne un indice : “Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n’eut aucun repos ; nous étions affligés de toute manière : luttes au dehors, craintes au dedans.” Paul avait atteint les limites de l’épuisement, peut-être soumis à une souffrance mentale et avait manifestement besoin de support dans la prière.

De nombreux croyants d’aujourd’hui souffrent comme Paul. Leur plus grande souffrance est émotionnelle, peut-être causée par ceux qu’ils aiment le plus ou par ceux qu’ils ont le plus aidés. Paul a appris une leçon importante lors de cette souffrance : il devait se tourner vers le Seigneur. Il ne pouvait plus se confier dans sa chair, ses capacités ou sa volonté. “ Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts” (2 Corinthiens 1:9).

Un homme d’un certain âge qui m’est précieux nous a écrit pour me dire que Dieu l’avait poussé à prier pour moi quotidiennement et il demandait s’il pouvait me mettre sur sa liste de prières – qui comprenait des veuves, des pauvres, des pasteurs et des inconvertis. Il vivait une vie simple et priait sans cesse. Je crois que ceux qui prient pour les autres reçoivent une récompense particulièrement riche au Ciel.

Quand je pense aux nombreuses âmes que Dieu a permis à des évangélistes de faire entrer dans le Royaume, je pense immédiatement à l’aide incroyable qu’ils ont reçu par la prière de gens comme ce cher saint.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

Invoquer les promesses de Dieu pour cette génération – David Wilkerson

Esaïe 44.2-4.jpg

Invoquer les promesses de Dieu

pour cette génération

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 7.08. 2018

Les enfants américains d’aujourd’hui sont une génération perdue. Aucune génération dans toute l’Histoire n’a été autant en proie au sexe, à l’alcool, à l’avidité et au meurtre à un aussi jeûne âge. Qui est à blâmer ?

Notre système éducatif est devenu vile et pervers alors que les enseignants entraînent leurs étudiants vers l’athéisme, l’évolution, la perversion, les attitudes sexuelles permissives et le sectarisme anti-religieux. Un enseignant ne peut pas poser une Bible sur son bureau – mais il peut enseigner la littérature sur des sujets allant du communisme à la pornographie.

Je suis convaincu que notre société toute entière vit un effondrement moral. De nombreux parents, y compris des chrétiens, reporte le blâme sur l’école, le gouvernement, les médias, l’église et les autres enfants. Toutes ces choses jouent un rôle dans la désintégration de notre jeunesse, mais l’école, la culture, les médias, la musique satanique, les églises rétrogrades ne sont pas les seules causes de cette ruine. La vérité, c’est que la responsabilité pour cette génération de jeunes repose principalement sur les parents. Le foyer est l’endroit où la majorité des graines de rébellion et de méchanceté sont plantées.

Je crois sincèrement que les parents ont besoin de plus de sagesse et de discernement maintenant qu’à n’importe quel autre moment de l’Histoire. Satan a plus d’intentions malveillantes et de déguisements subtils à utiliser contre le peuple de Dieu. Nous n’aurons le pouvoir de le repousser de nos foyers qu’à travers une prière persévérante et une immersion quotidienne dans la Parole de Dieu.

Prends note de cette promesse de l’Alliance pour tes enfants : “Ainsi parle l’Éternel, qui t’a fait, Et qui t’a formé dès ta naissance, Celui qui est ton soutien : Ne crains rien, mon serviteur Jacob, Mon Israël, que j’ai choisi. Car je répandrai des eaux sur le sol altéré, et des ruisseaux sur la terre desséchée ; Je répandrai mon Esprit sur ta race, et ma bénédiction sur tes rejetons. Ils pousseront comme au milieu de l’herbe, comme les saules près des courants d’eau” (Esaïe 44:2-4).

Parents, invoquez les promesses de Dieu sur vos enfants, revendiquez-les et apportez-les au Seigneur dans l’intercession. Baignez votre famille de prières – et regardez l’ennemi s’enfuir.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse

 

Soyez donc sages – David Wilkerson

1 Pierre 5.8-9.jpg

Soyez donc sages

Par David Wilkerson

(1931-2011)

Le 2.08. 2018

Tu ne veux peut-être pas y penser ni même l’accepter, mais si tu as décidé de suivre Jésus de tout ton cœur, Satan a décidé ta destruction. Et il va inonder ta vie de toutes sortes de problèmes.

L’apôtre Pierre a fait cette mise en garde : “La fin de toutes choses est proche. Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière” (1 Pierre 4:7). En d’autres termes : “Ce n’est pas le moment d’être léger. Tu dois être sobre à propos des choses spirituelles parce que c’est une question de vie et de mort.”

Pourquoi être aussi sérieux ? Parce que la fin des temps est proche et notre Ennemi met les bouchées doubles. Il nous harcèle comme un lion, caché dans les hautes herbes, attendant une opportunité pour attaquer. Il veut nous dévorer – détruire entièrement notre foi en Christ.

Certains chrétiens pensent que nous ne devrions même pas parler du diable, que nous nous portons mieux en l’ignorant. Certains tentent même de prouver qu’il n’existe pas. Des théologiens libéraux, par exemple, argumentent qu’il n’y a ni diable, ni enfer, ni paradis.

Mais l’Ennemi de nos âmes est réel ! Peu de personnages bibliques ont été identifiés aussi clairement et de façon aussi extensive et il ne va pas disparaître ! Il est décrit comme Lucifer, Satan, le diable, le prince des mensonges, l’usurpateur, l’imposteur, l’accusateur, le dévoreur, le dieu de ce monde, le prince des ténèbres, le serpent ancien.

Ces descriptions énergiques me disent que le diable existe et nous savons par l’Écriture qu’il possède un pouvoir réel. En ce moment-même, il est à l’œuvre sur la Terre – dans nos pays, nos villes, nos églises, nos foyers et nos vies. Et nous ne pouvons pas rester ignorants de ses méthodes et de ses stratégies de guerre.

“Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde” (1 Pierre 5:8-9).

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse